Corruption

La corruption est pénalement répréhensible, c'est l'utilisation abusive d'un pouvoir (reçu en délégation) à des fins privées (enrichissement personnel ou pour le compte d'une organisation, prérogatives particulières, bénéfices en tous genres…). La personne corrompue s'abstient de faire les tâches imposées par sa fonction ou ferme les yeux sur une action en échange d'une rétribution (un pot-de-vin), d'avantages ou de promesses. On distingue deux formes de corruption : la corruption active, c’est-à-dire celle qui consiste à proposer une somme d'argent en échange d'un service et la corruption passive, c’est-à-dire, celle qui consiste à accepter l'argent.

La Banque Mondiale distingue différents 5 types de corruption :

  • Les "dessous de table", qui sont des pots-de-vin versés clandestinement à des responsables afin qu'ils agissent de manière plus rapide et favorable à une personne ou une entreprise.
  • La fraude, qui représente une falsification de données (bancaires, fiscales ou autres)
  • L'extorsion qui est un moyen de soutirer de l'argent, des informations ou une signature par la force ou la menace.
  • Le détournement de fonds, soit, le vol de ressources publiques ou privées par  des fonctionnaires ou autres. L'abus de biens sociaux désigne les détournements opérés par des dirigeants de sociétés commerciales.
  • Le favoritisme qui est le fait de préférer une entreprise plutôt qu'une autre pour, par exemple, un marché public.

La corruption peut aussi avoir lieu à des échelles beaucoup moins importantes, elle peut aussi bien s'effectuer au sein des élites qu'entre simples salariés ou fonctionnaires. C'est là toute la dangerosité d’actes en apparence anodins mais qui peuvent en réalité s'avérer être des actes de corruption. L'un des principaux buts de l'OCDE est la lutte contre la corruption. En France, c'est le Service central de prévention de la corruption qui chaque année fait un état des lieux de la corruption dans le pays et propose des solutions anticorruptions.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

"Kazakhgate" : le patron d'Airbus entendu comme témoin par les enquêteurs français

Les affaires s’accumulent pour le groupe Airbus. Déjà sous l’objet d’enquête en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis, plusieurs dirigeants du géant de l’aéronautique ont été entendus, comme témoin, dans l’affaire du Kazakhgate. L’enquête porte entre autre sur la vente de 45...

"Désormais, nous faisons ce qui est bien", assure le nouveau patron d’Uber

L'américain Uber a détaillé mardi sa nouvelle "culture" d'entreprise, censée être plus apaisée, dernière tentative en date de la nouvelle direction pour améliorer l'image sulfureuse du groupe de réservation de voitures avec chauffeur.

Procès des "Biens mal acquis" : le début d’un long combat pour restituer l’argent aux populations victimes

En condamnant le vice-président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, et en pointant du doigt la complaisance de certaines banques dans l’affaires des biens mal acquis, la justice française veut essayer de tourner la page de l’accaparation des revenus de ressources naturelles en...