Club de Rome

Le Club de Rome est une association internationale et non politique réunissant des scientifiques, des humanistes, des économistes, des professeurs, des fonctionnaires nationaux et internationaux ainsi que des industriels de 53 pays, préoccupés des problèmes complexes auxquels doivent faire face toutes les sociétés, tant industrialisées qu'en développement : disparition des matières premières, développement durable, croissance économique, pollution, etc.

Les membres du Club de Rome ont comme objectif de chercher des solutions pratiques aux problèmes planétaires ; ce sont les précurseurs du développement durable. Le rôle du Club de Rome demeure surtout de sensibiliser les hauts dirigeants aux problèmes planétaires actuels.

Fondé en 1968, après la période prospère des 30 glorieuses, le Club de Rome s'est rendu particulièrement célèbre en 1972 lors de la publication du rapport « Halte à la Croissance ? », commandé par le MIT (Massachussetts Institute of Technologie). Celui-ci prédit que la croissance matérielle observée, si elle se maintient au même niveau, conduira à une diminution brutale de la population, accompagnée d'une dégradation significative des conditions de vie des survivants avant 2100.

C'est pourquoi, dans ses débuts, le club a été perçu comme une organisation avec une  vision catastrophiste alors que les 30 glorieuses s’achevaient à peine. Aujourd'hui, ce rapport fait toujours débat même si on a pris conscience de l'importance d'entrer dans une phase de développement durable et de préservation de l'environnement. Néanmoins, ce ne sont pas les dirigeants des pays les plus développés et industrialisés qui tiennent le plus compte de ces recommandations. Ce qui peut s'expliquer par la difficulté des gouvernements à mettre en place des politiques d'austérité pendant des périodes de crise économique et sociale. En ce qui concerne les pays en développement, ils ont tendance à calquer leur modèle économique et social sur celui des Occidentaux, ce qui n'est donc pas en faveur d'un développement durable.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

L’économie circulaire, c’est bon pour le climat et pour l’emploi

Le basculement de nos modes de production linéaires vers une économie circulaire peut être avantageux pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre mais aussi pour l’emploi. C’est ce que nous montrent deux études publiées récemment, l’une par l’Institut de l’économie circulaire, et...

Économie bas-carbone : avec ou sans croissance ?

Décarbonner l’économie d’ici la fin du siècle : c’est l’objectif sur lequel doivent s’accorder les 196 parties lors de la conférence climatique internationale (COP21) qui se tient à Paris du 30 novembre au 11 décembre. Pour y arriver, les défenseurs de la croissance verte misent sur un...

Ugo Bardi : "Argent et énergie sont gaspillés pour extraire des ressources fossiles au lieu d’investir dans les renouvelables"

Ugo Bardi : "Argent et énergie sont gaspillés pour extraire des ressources fossiles au lieu d’investir dans les renouvelables"

Quarante ans après le rapport retentissant du Club de Rome sur "Les limites à la croissance économique", mettant en évidence les ressources finies de la planète, Ugo Bardi, professeur de chimie, tire à nouveau la sonnette d’alarme. Dans un rapport publié récemment en français, "Le Grand...