Analyse du cycle de vie

Démarche méconnue jusqu'aux années 1990, l'analyse du cycle de vie (ACV), appelée Life Cycle Analysis (LCA) en anglais, s’est imposée comme la méthode de référence en matière d’évaluation des impacts environnementaux d'un produit pendant toute sa durée d'existence, raison pour laquelle on parle souvent d'une analyse du berceau à la tombe.

L’ACV se fonde sur une approche fonctionnelle multicritère du produit en 4 étapes :

  1. L'extraction des matières premières nécessaires à la fabrication du produit,
  2. Sa fabrication,
  3. Sa distribution,
  4. Son utilisation
  5. La fin de vie du produit (déchets, recyclage, etc.).

On peut parler d’outil d’aide à la décision stratégique du fait que ce type d’analyse permet de comparer deux types de solutions entre elles, afin de choisir la moins coûteuse d’un point de vue environnemental.

Sur le plan des règlementations, l’ACV est cadrée par la Norme Française (NF P 01-010) qui détermine 10 critères permettant de déterminer l’impact d’un produit ou d’un système sur l’environnement. L’analyse du cycle de vie du produit fait également l’objet d’une standardisation internationale avec la norme ISO (14040 à 14043) fixant les grandes étapes du procédé :

  1. La définition des objectifs et du domaine d'application ACV,
  2. la phase d'inventaire du cycle de vie,
  3. la phase d'évaluation de l'impact du cycle de vie,
  4. la phase d'interprétation du cycle de vie,
  5. la communication et la revue critique de l'ACV,
  6. les limitations de l'ACV,
  7. la relation entre les phases de l'ACV et les conditions d'utilisation des choix de valeurs et des éléments facultatifs.

Finalement, l’avantage de l’analyse du cycle de vie est qu’elle prend en considération autant les aspects « Inputs » comme la consommation de matière première que « Outputs » tels que les effluents gazeux.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Objets connectés : le compte n'y est pas

Objets connectés : le compte n'y est pas

L'offre est pléthorique. Les objets connectés ne permettent pourtant pas de maîtriser la consommation d'énergie domestique. Et ils ont eux-mêmes un impact environnemental non négligeable. Les discours marketing cachent mal les limites de leurs technologies.

Agrocarburants : des chercheurs remettent en question la filière colza

Agrocarburants : des chercheurs remettent en question la filière colza

Le biodiesel à base de colza ne serait pas un « biodiesel durable » en terme d'émissions de gaz à effet de serre : c'est la principale conclusion d'une nouvelle étude publiée en août par deux chercheurs allemands. Les auteurs critiquent aussi l'opacité de la Commission européenne, qu'ils...

Pour un « made in France » responsable

Pour un « made in France » responsable

La question du produire en France a été largement exploitée par les candidats à la présidentielle. Mais pour que le « made in France » ne reste pas qu'un slogan, le réseau Entrepreneurs d'avenir a décidé d'en faire un de ces axes de travail. Il sera notamment au centre de leur rencontre...