Accord de Paris

Adopté au Bourget à l’issue de la COP21, l’Accord de Paris vise à limiter le réchauffement climatique à + 2° Celsius maximum d’ici la fin du XXIe siècle.

L’Accord de Paris fixe la limite de la hausse de la température globale à "bien moins de 2°C" d'ici 2100 et enjoint les États à poursuivre les efforts en direction des +1,5 °C. Pour atteindre cet objectif ambitieux, l’accord demande à ce que soit atteint "l'équilibre entre les émissions anthropiques et les capacités d'absorption naturelles de la planète, donnant ainsi un rôle aux puits de carbone que sont les forêts".

Si le texte ne mentionne aucune réduction chiffrée des émissions de gaz à effet de serre, le GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat), affirme qu’un maintien du réchauffement global sous 1,5° degrés doit conduire à une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 70 à 80 % d'ici la deuxième moitié du siècle. Et zéro émission en 2100, au plus tard.

Le document de l’Accord de Paris stipule que les pays développés "doivent" assister financièrement les pays en développement tant au niveau de l’adaptation au réchauffement climatique qu’à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre, qui suppose notamment l’expansion des énergies renouvelables. Le texte mentionne également l'importance des ressources publiques et des dons, mais leur part n'est pas précisée.

Autre avancée majeure de l'accord, la mise en place d'une nouvelle version des mécanismes de révision et de transparence pour les contributions climatiques nationales, les fameuses INDC. Il acte aussi un processus de révision à la hausse tous les 5 ans pour toutes les Parties.Un premier rendez-vous est prévu en 2018. Les États qui n'ont pris des engagements que jusqu'en 2025, comme les Etats-Unis par exemple, sont incités à les actualiser à ce moment-là. Un premier bilan global des impacts de ces contributions sera effectué en 2023.

L'entrée en vigueur de l'accord n'est pas immédiate ni automatique. Pour s’appliquer, l’Accord de Paris devait être ratifié par au moins 55 pays, représentant au moins 55 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. Ce seuil a été atteint le 5 octobre 2016, un record de rapidité pour un traité international. L'accord est entré en vigueur le 4 novembre 2016 bien que la majorité de ses dispositions ne concernent que la période post-2020.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

La difficile réforme du marché carbone européen

Le Parlement européen se penchait hier sur la réforme du marché carbone pour la période 2021-2030. Un pas de plus vers une refonte nécessaire du système, entamée il y a un an et demi, pour le rendre plus efficace dans la lutte contre le changement climatique. Mais le texte voté par les...

Le CETA est-il climato-compatible?

Les eurodéputés se prononceront demain sur la ratification – ou non – du CETA. Un accord de libre-échange entre l’UE et le Canada dénoncé notamment pour son impact climatique. En publiant 10 recommandations pour y intégrer les enjeux environnementaux, la France tente d’amorcer un virage....

La politique de l'autruche des entreprises pétrolières et gazières

Les entreprises pétrolières et gazières "sous-estiment systématiquement" la progression des technologies bas carbone. C’est ce qu’affirme un rapport publié hier par deux think tanks de référence en Angleterre. Une politique qui permet de rassurer les investisseurs mais qui empêche surtout...