Lexique

Z

ZLEA

Les négociations de la Zone de Libre Echange des Amériques visent à la création, d'ici l'an 2005, d'une vaste zone de libre-échange composée des 34 pays de l'Amérique du Sud, de l'Amérique centrale, de l'Amérique du Nord et des Caraïbes (à l'exception de Cuba). Elle aura pour but l'élimination progressive des entraves au commerce et aux investissements dans la région. Elle représente pour certains un élargissement de l'ALENA.
Ses objectifs ont été définis à l'occasion du premier Sommet des Amériques à Miami en 1994, et les négociations officielles ont commencé lors du deuxième Sommet des Amériques à Santiago du Chili en 1998. Les principes directeurs de ces accords sont : conformité de l'accord aux règles de l'OMC, participation de tous les pays à l'ensemble des accords et prise en compte par l'accord des ententes existantes dans la région (notamment la Communauté Andine et le Marché Commun du Cône Sud -le MERCOSUR -). La mise en place de la ZLEA a un objectif de développement par extension de la croissance à tous les pays concernés mais ses détracteurs lui reprochent de favoriser de fait les entreprises en leur fournissant un accès privilégié à des marchés étrangers, la liberté de déplacer, d'ouvrir et de fermer ce que bon leur semble dans le pays de leur choix. Ils dénoncent le poids trop important des entreprises dans les négociations pour lesquelles elles ont un statut consultatif et assimilent, pour la plupart, la ZLEA à un retour de l'Accord Multilatéral d'Investissement

Zone d’Aménagement Différée

ZAD est un acronyme qui correspond initialement à : « Zone d’Aménagement Différée ».

Une Zone d’Aménagement Différée est une procédure qui permet aux collectivités locales d’avoir la maîtrise de terrains, où une opération d’aménagement a été planifiée, via l’utilisation du droit de préemption particulier. Cette mesure est prise pour éviter que l’annonce d’un projet engendre une augmentation des valeurs foncières.

Suite à de nombreux mouvements de mobilisation pour éviter la concrétisation de certains de ces projets, les militants écologistes et anticapitalistes ont détourné l’acronyme de cette procédure pour le renommer en « Zone à Défendre », comme sur le site du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Le mouvement zadiste est devenu un mouvement de revendications qui souhaitent mettre fin à la prédation des ressources naturelles et des écosystèmes

Zones humides

Une zone humide est une région où l’eau est le principal facteur qui contrôle le milieu naturel et la vie animale et végétale associée. Un milieu humide apparaît lorsque la nappe phréatique arrive près de la surface, affleure ou encore, lorsque des eaux peu profondes recouvrent les terres. Il existe deux types de zones humides : les zones humides côtières et les zones humides marines. L’une et l’autre se différencient par la proximité de la mer.

Au sens juridique, la loi sur l'eau définit les milieux humides comme « les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l'année».

La convention de Ramsar a adopté une optique plus large pour déterminer quelles zones humides peuvent être placées sous son égide. Selon elle, les milieux humides sont « des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres ».