Publié le 11 septembre 2017

L'APRES PETROLE

Le réassureur SCOR désinvestit des entreprises dépendantes à plus de 30 % du charbon

Le réassureur français SCOR vient de prendre des engagements supplémentaires contre le charbon. Il va désinvestir les entreprises dépendantes à plus de 30 % du charbon (contre 50 % jusqu’à présent) et ne proposera plus d’assurances liées à de nouvelles mines de charbon. Des annonces qui ont une portée particulière au moment où la planète subit de plein fouet le changement climatique.


Les Jeunes Amis de la Terre

Alors que l’ouragan Irma vient de déferler sur les Caraïbes, que la tempête Harvey a dévasté le Texas et que l’Asie du Sud connaît des pluies diluviennes, le réassureur français SCOR annonce de nouvelles mesures pour réduire son soutien au secteur du charbon.

Le groupe va désinvestir les entreprises dont plus de 30 % du chiffre d’affaires total provient du charbon, contre 50 % jusqu’à présent. Il annonce qu’il ne détient plus aucun investissement direct dans ces entreprises. Ceci s'applique à tous les types d'actifs, y compris les obligations, les actions, les prêts (dont les prêts d'infrastructure), l'immobilier...

"En s'alignant sur les 30 % déjà adoptés par Allianz et Swiss Re, Scor se démarque au niveau français d'AXA toujours bloqué au seuil de 50 % depuis mai 2015, salue Lucie Pinson des Amis de la Terre. Mais en retenant le chiffre d'affaires et non la production réelle d'électricité à partir de charbon comme critère de référence pour les producteurs d'électricités, de très gros consommateurs de charbon passent à la trappe, comme par exemple l'allemand RWE qui produit pourtant plus de 60 % de son électricité à partir de charbon", regrette-elle par ailleurs.

Arrêt des soutiens assurantiels au charbon

SCOR va plus loin puisqu’il ne proposera plus d'assurance ou de réassurance liée à l’exploitation de nouvelles mines de charbon ou de lignite et de centrales à lignite. Il est ainsi le "premier réassureur à se positionner en faveur de l'arrêt des soutiens assurantiels au charbon", précise Lucie Charbon qui demande à ce que cette exclusion concerne toutes les centrales à charbon.

"SCOR a la ferme conviction que l'assurance joue un rôle positif en matière de développement durable. Le désengagement ciblé du groupe des activités d’extraction ou fortement liées au charbon thermique, non seulement en matière de gestion des actifs, mais aussi de souscription, place SCOR en pionnier du secteur pour promouvoir la transition vers une économie post-charbon" a déclaré Denis Kessler, son PDG.

L’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes et de leur intensité entraînent des coûts croissants pour les assureurs. La moyenne annuelle est passée d’environ 10 milliards de dollars dans les années 80 à environ 50 milliards de dollars au cours de la dernière décennie. En 2016, leur coût s'est élevé à 166 milliards de dollars selon une étude de Swiss Re.    

Concepcion Alvarez @conce1


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres