L'essentiel sur les résolutions climat en AG

Investisseurs et climat

Publication : avril 2016

Dans cette publication, Novethic analyse les résolutions climat déposées aux assemblées générales de grandes entreprises carbo-intensives, telles qu’Exxon ou BP. C’est l’un des moyens d’action privilégiés par les investisseurs pour pousser les entreprises à accroître leur ambition sur le climat. Une influence précieuse dans un contexte marqué par l’ouverture de la ratification de l’Accord de Paris.

Les investisseurs ont un rôle clé pour tenir l’objectif de l’Accord de Paris : limiter le réchauffement à 2°C
La COP21 a montré que la protection du climat passait par la mobilisation de trois catégories d’acteurs : les États, les entreprises et les investisseurs. Ces derniers ont multiplié les engagements comme le montrent les études de Novethic publiées en 2015.
Il faut maintenant les mettre en œuvre. Pour atteindre leurs objectifs de « décarbonation » des portefeuilles, les investisseurs doivent pousser les entreprises dont ils sont actionnaires à baisser leurs propres émissions. Leur principal moyen de pression est l’engagement actionnarial, utilisé par plus de 350 acteurs financiers internationaux engagés sur le climat. Celui-ci peut prendre des formes diverses, les résolutions soumises aux Assemblées Générales d’actionnaires étant l’un des plus efficaces. Les règles de chaque pays diffèrent dans le domaine, et si la démarche est plus accessible aux États-Unis où le dépôt de résolutions par des organisations spécialisées est une pratique ancienne, elle s’est plus récemment répandue en Europe auprès de compagnies pétrolières comme Shell ou BP.
 
Des résolutions plus exigeantes pour les secteurs les plus exposés
Les résolutions sur le climat déposées aux AG augmentent en 2016 : on en compte 170 contre 93 en 2011. De plus, les exigences des actionnaires se font plus précises. En cinq ans, nous sommes passés de résolutions « généralistes » demandant un reporting peu spécifique sur les émissions de gaz à effet de serre ou le développement durable, à des injonctions plus exigeantes sur la neutralité carbone à un horizon donné par exemple, ou la remise en cause de certains business models.


 Consulter l’étude pour en savoir plus