Publié le 24 mars 2015

ISR / RSE

PME : quand les dirigeant(e)s insufflent l’esprit RSE

Dans les PME, le niveau d’engagement social, sociétal et environnemental est bien souvent le reflet de celui du ou de la dirigeant(e). Dans ce type de structure, la conviction personnelle du ou de la chef(fe) d’entreprise est clé dans le développement d’une démarche RSE globale. Zoom sur quelques entreprises engagées dans le développement durable sous l’impulsion de leur dirigeant(e).

photo d'illustration
istock

Pour être efficace, une politique RSE doit être portée par le ou les dirigeant(e)s. C’est encore plus vrai dans les petites et moyennes entreprises, où la conviction initiale du patron en matière de développement durable est une condition sine qua non à son développement.

Non seulement le ou la dirigeant(e) est souvent à l’origine de l’engagement global de l’entreprise, mais entraîne ses collaborateurs, faisant de cette vision durable un critère commun à tous.

 

HTS Bio, le réflexe responsable

 

Pour Jacques Faudin, fondateur de HTS Bio, entreprise créée en 1988 sous le nom de Bioenergies, "La RSE, c’est une façon d’être, un mode de vie. Du coup, j’essaie d’amener mes collaborateurs à adopter des réflexes qui vont dans le sens du développement durable".

Et cela passe parfois par les gestes les plus anodins : dans les bureaux, il a ainsi mis à disposition de chacun de ses salariés deux poubelles pour le tri sélectif : "Ici, ils sont obligés de trier à chaque fois et, du coup, ils adoptent cette logique chez eux".

Chez HTS Bio, "pas d’entretien d’évaluation mais des entretiens de progrès, où les salariés proposent des pistes d’amélioration et des objectifs personnels", s’enorgueillit aussi Jacques Faudin. Et pour que ces employés soient en pleine forme, il leur offre aussi un abonnement à une salle de sport

 

Multi Restauration Méditerranée, priorité au local

 

Autre exemple avec la société Multi Restauration Méditerranée, créée en 1989 et rachetée en 2005 par Pierre Allard : "Lorsque ma femme et moi avons racheté l’entreprise, nous voulions y mettre de l’humanisme et de la citoyenneté. C’est pourquoi nous avons engagé un fort dialogue social dans l’entreprise, puis une démarche sociétale", résume Pierre Allard.

L’engagement RSE de l’entreprise se traduit par de nombreuses mesures, comme le recrutement de proximité ou la mise en place de sources d’approvisionnement régionales. L’entreprise participe également à la sensibilisation des élèves : en partenariat avec la société Chef’Eco, l’entreprise dirigée par Pierre Allard a intégré dans son offre scolaire un tri sélectif pédagogique à partir du plateau repas dans les écoles.

En 2007, Multi Restauration a créé une centrale d’approvisionnement locale de produits frais : "Nos produits sont tous tracés, et 80 % d’entre eux viennent de la région" indique Pierre Allard.

 

Les Fermes de Figeac, une coopérative au service du territoire

 

Dominique Olivier, directeur de la Ferme de Figeac, se dit coopérateur dans l’âme. Convaincu que l’avenir de son territoire (le Lot) passe par un travail commun entre toutes les parties prenantes, il œuvre depuis des années à développer sa coopérative agricole, mais aussi tout un département.

Créée en 1985, la coopérative fournissait des engrais et de semences pour les agriculteurs. Mais dans les années 1990, Dominique Olivier va lui donner un nouveau cap : "Nous étions dans une zone défavorisée. Les distributeurs achetaient leur viande en dehors du territoire. Nous avons compris qu’il fallait faire du territoire notre allié, et nous avons mis en place deux grands projets : la mise en place de circuits courts, et l’ouverture d’une boutique de produits fermiers".

Aujourd’hui, les circuits courts rapportent 5 millions d’euros à la coopérative, qui a ouvert aussi 3 boucheries, un second magasin à Toulouse, et trois autres coopératives locales à Dijon, Colmar et Bordeaux. "Chez nous, il y a le lait, la viande, mais aussi le soleil, le vent et le bois", ajoute-t-il.

Du coup, le dirigeant a monté un important projet coopératif de panneaux solaires et travaille actuellement sur une levée de fonds citoyenne pour créer une ferme éolienne de 14 mégawatts.

 

Maviflex ou l’équilibre vie pro - vie perso

 

Maviflex est quant à elle installée en région lyonnaise. Cette entreprise spécialisée dans les portes industrielles est à l’image de sa dirigeante Anne-Sophie Panseri : résolument sociale. Pour la patronne, un mot d’ordre : le bien-être au travail est une source de productivité et donc de compétitivité. La société compte une centaine de salariées.

La lutte contre le présentéisme y est un combat quotidien : pas de réunion avant 9h30 ni après 17h. Anne-Sophie Panseri également a mis en place un système de pointage pour que les salariés puissent gérer librement leur journée. Et, à chaque rentrée, ils peuvent aménager leur emploi du temps en fonction de l’année scolaire de leurs enfants. Résultat : la productivité de l’entreprise a augmenté, et le turnover y est très faible…

Céline Oziel
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles