Publié le 05 février 2015

ISR / RSE

Oxybul casse les codes du monde du jouet

Oxybul est une enseigne française singulière. Depuis sa création, en 1989, et malgré deux rachats (Fnac puis Ïdgroup), la marque a gardé sa vision atypique du business des jouets. Briser les stéréotypes filles-garçons, accorder une large place au handicap ou encore ouvrir un bureau en Chine pour mieux contrôler ses fournisseurs sont autant d’exemples qui participent à l’engagement responsable de l’entreprise. Sa directrice générale, Nathalie Mesny, revient sur la RSE version Oxybul.

Nathalie Mesny, la directrice générale d'Oxybul.
ID Group

Novethic: Chez Ïdgroup, vous dites pratiquer, non pas la RSE mais la ʺRessemeʺ. De quoi s’agit-il?

Nathalie Mesny: La "Resseme" est une déclinaison de la RSE, plus pédagogique et centrée sur l’enfant. Elle correspond à la Responsabilité entrepreneuriale, sociale, sociétale, environnementale de nos marques au bénéfice de l’enfant. La Resseme est une grille de lecture qui nous permet d’évaluer nos actions sur toutes ces dimensions, en cohérence avec la mission d’Oxybul, qui est d’encourager chaque enfant à découvrir le meilleur de ce qu’il est par l’éveil et le jeu. L’éveil est très important, et concerne aussi bien les sens que d’autres valeurs comme la citoyenneté, la curiosité, l’ouverture sur les autres qui sont des thèmes que nous cherchons à développer dans nos produits.

 

Novethic: Comment se concrétise votre démarche RSE?

Nathalie Mesny: La RSE est une démarche de progrès permanente. Dans la sphère sociétale, nous avons choisi de porter notre attention sur le handicap. "Permettre à chaque enfant de découvrir le meilleur de ce qu’il est" vaut pour tous les enfants, quelles que soient leurs fragilités, leurs différences. Nous n’avons pas de gamme spécifique pour tel ou tel handicap, mais nous éclairons, par des témoignages de professionnels et de parents, comment tel jeu destiné à tous les enfants convient particulièrement ou s’adapte à telle situation de handicap. Selon nous, la découverte et l’acceptation de la différence, et la diversité culturelle enrichissent notre société. Nous l’exprimons également dans une autre activité du groupe: le réseau de crèches et de centres aérés Rigolo Comme La Vie, qui accueille des enfants de tous milieux sociaux, de toutes les communautés, dans une démarche pédagogique fondée sur l’apprentissage du vivre ensemble. Enfin, nous sommes convaincus que les démarches RSE sont d’autant plus utiles qu’elles sont portées par nos collaborateurs: tout salarié du groupe peut prendre une journée de son temps de travail par an, au bénéfice d’une association de son choix.

En matière d’environnement, nous avons réduit le nombre de catalogues, privilégions les jouets sans piles et les produits bio ou écologiques si le prix reste accessible. Tous nos sacs sont faits en plastique recyclé et notre papier cadeau est à base d’encre d’eau recyclable.

Novethic: Comment se traduit votre engagement social en interne?

Nathalie Mesny: Notre 1er engagement est de permettre à nos équipes (30 ans en moyenne) de se former pour pouvoir évoluer en interne ou à l’extérieur du groupe: chez Oxybul, nous consacrons plus de 2,5% de notre masse salariale à la formation (l’obligation légale étant de 0,9%), et nous menons auprès de nos équipes les moins qualifiées une démarche de validation des acquis de l’expérience (VAE). En termes de mixité, nous avons 69% de femmes et 31% d’hommes dans l’entreprise, et le salaire moyen est identique pour les deux sexes. Dans notre entrepôt, nous avons intégré plus de 6% de collaborateurs handicapés, et nous voulons les favoriser aussi dans nos boutiques et au siège.

Novethic: L’une de vos différences, c’est justement la très faible part de jouets "genrés" dans votre offre. Pourquoi ce choix?

Nathalie Mesny: Sur nos produits, nous plaçons les couleurs vives là où l’enfant doit porter son attention. Chez les tout-petits, nous nous interdisons de proposer des jouets sexués: ce qui compte, c’est l’éveil des sens (découvertes des couleurs, textures…). A partir de 3 ans, quand l’enfant entre dans la phase de "l’imitation", où il reproduit les scènes de la vie quotidienne, notre credo est que les jeux soient réalistes. Qui a déjà vu une cuisine rose dans une maison? Tous les produits que nous fabriquons sont dans ces principes. En revanche, il arrive que les produits de nos marques partenaires soient plus sexués (par les couleurs ou les images). Dans ce cas, nous compensons par le merchandising: nos magasins, notre site et notre catalogue sont organisés par tranches d’âge puis par thèmes, le genre n’étant pas une clé d’entrée chez nous.

Novethic: Avez-vous une politique d’achats responsables?

Nathalie Mesny: Notre 1er devoir, c’est la sécurité. En matière de respect des normes, nous ne nous contentons pas de déclarations: nous demandons à nos fournisseurs tous les rapports de tests, vérifions les résultats et réalisons des contrôles aléatoires réguliers. A Hong Kong, nous avons un bureau de 11 salariés d’Oxybul chargés d’accompagner nos fournisseurs asiatiques pour obtenir la qualité et la sécurité souhaitées pour les produits à notre marque, et de visiter les usines plusieurs fois par an. L’origine Chine n’est pas incompatible avec une bonne qualité, à condition de choisir ses partenaires et de travailler dans un même objectif de progrès en matière de sécurité, de qualité et de conditions de travail.    

Propos recueillis par Céline Oziel
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Cet article vous a plu ?

Recevez, deux fois par semaine,
les dernières infos de Novethic

Ou sélectionnez la ou les thématiques
qui vous intéressent
pour recevoir une alerte