Publié le 31 mars 2016

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Coupe du monde 2022 au Qatar : les droits bafoués de milliers de travailleurs migrants

La Coupe du monde 2022 sera-t-elle entachée de violation des droits des travailleurs ? Amnesty International sort aujourd’hui un rapport choc. Pendant un an, l’ONG a suivi des migrants embauchés pour la rénovation d’un stade à Doha et l’aménagement d’espaces verts alentour. Tous sont victimes d’abus, voire de travail forcé. Le gouvernement qatari, les entreprises présentes sur place, mais aussi la FIFA sont pointés du doigt.

Groupe de travailleurs sri-lankais sur le site du stade Khalifa, à Doha au Qatar, où se jouera une demi-finale de la Coupe du monde de football 2022.
Andreas Gerbet - DPA Picture Alliance / AFP

Ils représentent 68% de la population qatarie. Et même 90% de la population active du royaume. 1,7 million de travailleurs migrants, pour la plupart originaires du Sud de l’Asie, sont venus tenter leur chance dans ce pays à l’ascension économique fulgurante. Un appel d’air renforcé par la tenue de la Coupe du monde de football en 2022. D’ici deux ans, le nombre de personnes travaillant sur les sites de la Coupe du monde va quasiment être multiplié par 10, pour atteindre le chiffre de 36 000 environ. De quoi inquiéter Amnesty International. 

L’ONG publie ce jeudi 31 mars un rapport d’une cinquantaine de pages, extrêmement fournies, qui dénonce des abus pouvant s’apparenter, dans certains cas, à du travail forcé. Amnesty a interrogé 234 ouvriers et jardiniers entre février 2015 et février 2016, travaillant sur la remise à neuf du stade de Khalifa à Doha, qui accueillera la demi-finale, et dans les espaces verts du complexe sportif Aspire Zone Foundation. Les faits relatés ne laissent pas de place au doute : frais de recrutement dans leurs pays d’origine, rétention des passeports, non délivrance de permis de résidence, retards de paiements, salaires plus bas que prévu, logements insalubres et surpeuplés, menaces ou encore interdiction de quitter le territoire. 

 

Menaces, arriérés de salaires et faibles rémunérations 

 

"Je n’en peux plus de vivre ici, raconte Pawan*, un ressortissant népalais, interrogé en avril 2015. Tout ce que je veux, c’est être payé à temps et être traité avec respect. Quand je suis arrivé au Qatar, mon employeur ne m’a pas payé pendant quatre mois et le salaire s’est avéré beaucoup moins élevé que celui qu’on m’avait promis." Tous les ouvriers, à l'exception de six d'entre eux, ont perçu à leur arrivée un salaire inférieur à celui qu'on leur avait promis. Parfois de moitié. Et les retards de paiement peuvent aller jusqu’à dix mois, mettant les travailleurs dans des situations de grande détresse, commente l’ONG. 

Beaucoup ont en effet dû prendre des crédits pour payer les frais de recrutement dans leur pays d’origine pour obtenir un travail au Qatar. Des sommes allant de 500 à 4 300 dollars. Une pratique illégale, mais largement répandue. "Je suis pauvre. Je n'ai pas d'argent, pas de travail, pas de terre. J’ai dû prendre un prêt pour obtenir cet emploi parce que je devais trouver du travail. Je dois toujours rembourser ce prêt, ce qui me laisse très peu d’argent à envoyer à ma famille  mais qu'est-ce que je peux faire ?", explique Rahman*, un jardinier. 

Quand Nabeel*, ouvrier métallurgiste venu d'Inde, s'est plaint de ne pas avoir été payé pendant plusieurs mois, son employeur a réagi en le menaçant. "Il m'a insulté et m'a dit que si je me plaignais de nouveau je ne pourrais jamais quitter le pays. Depuis, je fais attention à ne pas me plaindre au sujet de mon salaire ou de quoi que ce soit d'autre. Bien sûr, si c'était possible je changerais de travail et je partirais du Qatar." 

 

Le système de parrainage toujours en vigueur 

 

Au cœur du problème, le système de parrainage instauré en 2009 au Qatar, appelé "kafala". Cette loi oblige les travailleurs étrangers à être "sponsorisés" par une entreprise locale, qui peut leur interdire de quitter le territoire ou de changer d’employeur. Ainsi, aucune des personnes interrogées par Amnesty ne déclarait être en possession de son passeport en 2015. De même, certaines n’avaient pas reçu de permis de résidence, au risque d’être arrêtées et de payer une lourde amende. 

Fin 2015, le gouvernement qatari a annoncé une réforme de ce système de parrainage, à compter de décembre prochain. Les travailleurs pourront faire appel de la décision de leur employeur, mais ils devront toujours se soumettre à leur approbation.

Le pays a également renforcé les contrôles : 1 800 inspections ont ainsi été menées l’an dernier dans les agences de recrutement et 375 inspecteurs du travail supplémentaires ont été embauchés. "En 2015, ces équipes ont mené plus de 56 000 inspections, ayant pour résultat d’interdire à 923 entreprises de commercer au Qatar", a ainsi écrit le ministre des Affaires étrangères dans une lettre reçue par Amnesty le 19 mars. 

Dès 2014, le Supreme Committee for Delivery and Legacy (SC), qui a la responsabilité globale des travaux de construction et de rénovation liés à la Coupe du monde, a publié  des normes obligeant les entreprises à accorder aux travailleurs de meilleures conditions que celles prévues par la législation du Qatar. "Ces normes vont dans le bon sens mais il existe encore des failles liées au fait que le SC s’est beaucoup focalisé sur les principaux opérateurs et a été très peu regardant sur les autres entreprises de la chaîne et notamment les plus petites, constate Sabine Gagnier, chargée de campagne Acteurs économiques et droits humains à Amnesty International France. Par ailleurs, le SC s’appuie sur des self audits, menés par les entreprises elles-mêmes, qui peuvent vouloir dissimuler certains éléments."

 

Manque de diligence 

 

Dans le cas de la rénovation du stade Khalifa, le manque de diligence raisonnable – un devoir de précaution en quelque sorte – est clairement mis en cause. La co-entreprise Midmac/Six Construct, principal entrepreneur, a chargé Eversendai Qatar, filiale d’une entreprise malaisienne, d'effectuer certains travaux de rénovation spécifiques. Eversendai elle-même a eu recours à au moins deux entreprises fournissant de la main-d'œuvre : Seven Hills et Blue Bay. "Quand on a interrogé Midmac/Six Construct, l’entreprise a répondu qu’elle avait beaucoup de sous-traitants et de fournisseurs et qu’elle ne pouvait pas avoir connaissance de la manière dont ces derniers traitaient leurs salariés", raconte Sabine Gagnier. 

Après des inspections menées par Midmac/Six Construct et les alertes envoyées par Amnesty International, Eversendai a été forcée de reloger ses employés dans des camps conformes aux standards. Elle a également mis fin à son contrat avec Seven Hills et elle assure avoir rendu leur passeport aux travailleurs. "Ce n’est pas satisfaisant, car l’objectif est de faire progresser les fournisseurs, pas de s’en séparer. Par ailleurs, l’entreprise ne s’est pas exprimée sur les autres abus signalés", poursuit la chargée de campagne.

De son côté, Nakheel Landscapes, une entreprise qatarienne qui travaille sur les espaces verts au sein du complexe sportif, a également relogé ses travailleurs et leur a remis leurs passeports. Elle explique par ailleurs avoir mis en place une procédure de consultation des employés en décembre dernier et organisé des élections des représentants du personnel. "La situation s’est effectivement grandement améliorée en un an, mais il existe encore des menaces. Nous n’avons enquêté que sur une chaîne, mais les abus sont systématiques au Qatar" rappelle Sabine Gagnier. 

Avec ce rapport, Amnesty International entend interpeller les principaux sponsors de la Coupe du monde, tels qu'Adidas, Coca-Cola et McDonald’s, pour qu’ils fassent pression sur la Fifa. L’objectif ? Qu'elle mette en place un plan de prévention des abus sur les chantiers de la Coupe du monde et qu’elle mène des enquêtes régulières sur les conditions de travail sur place. Dans un communiqué, la Fifa a réagi en se disant "complètement consciente des risques auxquels font face les ouvriers du bâtiment au Qatar et de l’opportunité qu’a la Fifa, avec d’autres responsables, d’améliorer les conditions de travail dans ce pays». L'organisation assure travailler "à la mise en place le plus tôt possible de conditions de travail justes".

"Compte tenu de l'apathie du gouvernement qatarien et de l'indifférence de la FIFA, il est presque impossible que la Coupe du monde puisse avoir lieu sans que des abus soient commis", conclut, pessimiste, Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International. 

 

*Tous les noms ont été modifiés.

Sommaire

Sur le même thème :

Concepcion Alvarez
© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles