Publié le 15 septembre 2017

EMPREINTE TERRE

Face à la fronde des malades de la thyroïde, l'ancien Levothyrox sera de nouveau disponible

[Mise à jour le 15 septembre 2017] Ils étaient des milliers à se plaindre des effets secondaires indésirables de la nouvelle composition du Levothyrox, ce médicament qui régule la thyroïde. Face à la fronde, la ministre de la Santé a annoncé que l'ancienne version serait disponible sous 15 jours. Une solution provisoire puisque le laboratoire Merck va, quoi qu'il arrive, arrêter sa production. 


La ministre de la Santé fait marche arrière. Après avoir affirmé que le laboratoire Merck ne reviendrait pas à l'ancienne version du Levothyrox, médicament qui régule la thyroïde, Agnès Buzyn est revenue sur sa position. "Nous avons fait en sorte que l'ancien Levothyrox soit accessible de façon à ce que ceux qui le réclament puissent le prendre", a-t-elle indiqué ce vendredi 15, précisant qu'il serait disponible sous 15 jours. Une information confirmée, par voie de communiqué, par le laboratoire Merck. 

Des alternatives au Levothyrox disponibles dans un mois

"Et dans un mois, nous aurons des alternatives c'est-à-dire d'autres marques, d'autres médicaments, qui permettront progressivement aux patients de pouvoir choisir le médicament qui leur convient le mieux", a-t-elle ajouté. Mais à long terme l'ancienne formule devrait "disparaître" puisque le laboratoire Merck compte en arrêter la production. 

Une volte-face due à la pression des patients. Depuis quelques mois, les témoignages affluent sur la toile.  Depuis le changement de composition du Levothyrox, ils sont plus de 9000, sur les trois millions de patients, à avoir déclaré des effets indésirables à l’ANSM, l’Agence nationale de sécurité du médicament. Parallèlement, plus de 270 000 personnes ont signé la pétition demandant le retour sur le marché de l’ancien produit. "Les laboratoires ont décidé de changer certains excipients (NDLR, substances secondaires) et il en résulte que trop de patients ne supportent pas le nouveau Levothyrox, ils ressentent d’importants effets secondaires"note Sylvie Robache, à l’initiative de la pétition.

Des dizaines de plaintes et une action collective en préparation

En mars, à la demande de l’ANSM, l’Agence nationale de sécurité du médicament, le laboratoire Merck Serono a changé la formule de Levothyrox. Le lactose a été remplacé par du mannitol et de l’acide citrique anhydre a été ajouté mais le principe actif n’a pas été modifié. "Ces modifications ont pour objectif de garantir une teneur en substance active plus constante d’un lot à l’autre, ou au sein d’un même lot, et ce pendant toute la durée de conservation du produit", justifie l’ANSM.

Or, les patients n'ont pas été informés de ce changement. "Nous sommes des cobayes, nous sommes le seul pays d’Europe à commercialiser la nouvelle formule du Levothyrox", estimait sur RMC/BFMTV l'avocate Marie-Odile Bertella-Geoffroy. Cette ancienne juge d’instruction du pôle santé publique du Tribunal de Paris a annoncé la préparation d'une action collective, "probablement au pénal", contre les laboratoires et les autorités sanitaires.

De même, douze plaintes contre X ont été enregistrées et plus de cinquante doivent être déposées dans les prochains jours, a assuré Marie-Odile Bertella-Geoffroy à l'AFP. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres