Publié le 20 mars 2008

EMPREINTE TERRE

L'environnement blessé par les conflits armés

Les populations ne sont pas les seules victimes des guerres. Dans la violence des combats, la nature est souvent mise à mal par les belligérants. Des prémices de la guerre aux situations post-conflit, en passant par toutes les étapes des combats, l'environnement subit les dégâts collatéraux des luttes politiques. Et avec lui, les générations suivantes, qui doivent vivre dans une nature détruite.

114988_GF.jpg

Lorsqu'on associe guerre et environnement, l'exemple le plus poignant reste Hiroshima. Cette catastrophe humaine, issue de la folie guerrière, laisse une terre à jamais marquée par l'explosion de la bombe nucléaire. De même, dans la quasi-totalité des conflits, l'environnement est une victime parmi les autres. Il est blessé par des armes chimiques, surexploité par des populations en mouvement, ou tout simplement oublié dans des pays meurtris en fin de conflit. Si l'aide aux populations reste une priorité, le traitement des conséquences environnementales de la guerre n'est pas à négliger. « Ici, dans le confort de la paix, nous pouvons en sérénité examiner ces questions, mais le temps presse, et les esprits ne sont pas tous sensibles à l'urgence environnementale » affirmait Marie-Christine Blandin, sénatrice verte du Nord, en ouverture d'une conférence sur le lien entre guerre et environnement.

Quand l'environnement déclenche le conflit

« Il y a une corrélation très forte entre l'état de l'environnement et la guerre » insiste Daniel Richard, président du WWF. Une dégradation de l'environnement est d'ailleurs souvent la cause du déclenchement de conflits politico-économiques. Les exemples du Darfour et du Moyen-Orient, où l'eau est l'objet de toutes les convoitises, pourrait bientôt s'appliquer à l'Inde, le Pakistan et de nombreuses régions d'Afrique. Les forêts sont disputées par les états voisins en Amérique latine et en Asie. Dans un monde où la population croît exponentiellement, et où la désertification menace certaines zones cultivables, les terres arables prennent la valeur de l'or. D'après le World Watch Institute, les ressources naturelles ont motivé, exacerbé ou financé un quart des cinquante derniers conflits armés.

Lorsqu'ils ne déclenchent pas les guerres, les éléments environnementaux créent souvent des tensions précurseurs aux conflits. Le réchauffement climatique, modifiant la géographie de nombreuses régions, en particulier les îles et les littoraux, pousse les populations à se déplacer massivement. « Des centaines de millions de gens pourraient perdre leurs terres » explique François Grunewald, président du groupe Urgence réhabilitation développement (URD) et membre de la Commission nationale consultative des Droits de l'Homme. « La situation est explosive. Reviendra-t-on aux guerres préhistoriques où l'on se battait pour les zones de chasse ? » ironise-t-il.

Une victime parmi les autres

Les dégâts de la guerre s'étendent bien au-delà des atteintes à la population. « Tous les conflits armés ont un impact sur l'environnement » constate Silja Hallé, chargée de communication du Post-conflict and disaster management branch du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). La pluie de bombes qui s'abat sur les champs de bataille meurtrissent les terres et les rendent infertiles. Lors de la guerre au Liban à l'été 2006, le sud du pays a été parsemé de bombes à sous-munition, et aujourd'hui les terres agricoles ne sont toujours pas exploitables. Dans ce même conflit, la destruction par l'armée israélienne d'une centrale électrique sur la côte libanaise a provoqué une marée noire qui empoisonne encore l'écosystème de la région.

Durant la seconde guerre du Golfe, les forces américaines ont trouvé un moyen « simple » de recycler les sous-produits de leur industrie nucléaire, en envoyant sur l'Irak des milliers d'obus remplis d'uranium appauvri. Bilan : « L'environnement de l'Irak est aujourd'hui totalement détruit » affirme Claude-Marie Vadrot, journaliste et auteur de « Guerres et environnement, panorama des paysages et des écosystèmes bouleversés ». Le Kosovo aurait également été victime de ce procédé. Dans l'arsenal de guerre, on compte également les armes chimiques, dont la destruction n'est toujours pas terminée. « A la suite de la Première guerre mondiale, les armes chimiques sont devenues taboues » explique Stephan Robinson, coordinateur du Programme « Héritage de la Guerre froide » au Green cross international. Il en resterait pourtant près de 40000 tonnes en possession de la Russie, et 28000 aux Etats-Unis.

Détruire l'environnement, une arme

Mais comme le dit Daniel Richard, « la destruction de l'environnement peut aussi être un moyen de guerre », une sorte de politique de la terre brûlée moderne. La dioxine, mieux connue sous le nom d'Agent orange, a été utilisée au Vietnam pour déforester et empêcher les combattants de se cacher dans le maquis. La population s'est ainsi vu privée de sa principale source de nourriture. « Tout ce qui caractérisait la vie et sa transmission aux générations suivantes a été complètement anéanti par l'Agent orange » explique Jacques Maitre, socioanthropologue. Car en modifiant leur environnement, on force les populations à bouleverser leur mode de vie. Plus classiquement, la déforestation en Afghanistan, ou l'abattage d'oliviers centenaires à Gaza est un moyen efficace pour appauvrir les peuples combattus. Depuis de nombreuses années en Colombie, l'Etat fumige du Round Up sur les forêts, prétendument pour détruire les plantations illicites de coca, mais surtout pour lutter contre les milices des FARC qui se déplacent régulièrement.

Indirectement aussi, l'environnement est bouleversé lors des guerres. Les routes sont coupées, les moyens de circulation limités, donc les populations confinées sont obligées de surexploiter les ressources naturelles qui les entourent. « De même, si les alentours sont minés, les villageois sont isolés et doivent se nourrir de ce qu'ils ont sur place » explique François Grunewald. Dans la situation inverse, lors des grands déplacements de population, les zones dans lesquelles s'entassent les réfugiés sont également surexploitées. Répondre aux besoins des civils peut également s'avérer coûteux. « Les opérations d'assistance humanitaire, bien qu'indispensables, augmentent les besoins et les dégâts environnementaux » explique Silja Hallé.

Punir l'«écocide»

A la fin du conflit, dans les pays ébranlés, l'environnement est tout sauf une priorité. « Les institutions environnementales ne fonctionnent plus et il est impossible de mettre les considérations environnementales dans l'agenda politique » déplore Silja Hallé. Déforestation sauvage et surexploitation des ressources énergétiques ou minières sont alors monnaie courante. Certains états ont profité d'une situation de non-droit post-conflit, dans plusieurs pays d'Afrique, notamment la Côte d'Ivoire et la Somalie, pour y envoyer leurs déchets.

A tous les stades du conflit, la destruction de l'environnement reste impunie. Le terme d'«écocide», sorte de crime de guerre contre la nature, est apparu, mais n'a pas été introduit dans les conventions internationales. Les spécialistes s'accordent pour réclamer la création d'une organisation mondiale dédiée au sujet, pour « remettre le droit international au cœur de la gestion des conflits » explique François Grunewald. Et pour éviter ainsi aux populations de souffrir sur plusieurs générations.

Rouba Naaman
© 2014 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Suivez-nous