Novethic, Le média expert du développement durable

Suivez-nous

Publié le 17 juillet 2006

EMPREINTE TERRE

La Banque mondiale veut réduire le torchage du gaz

Le torchage est un procédé qui consiste à bruler le gaz issu de la production pétrolière. Il constitue non seulement un gaspillage d'énergie mais provoque également des dommages sur l'environnement et la santé humaine. Depuis 2002, la Banque mondiale s'efforce de développer des partenariats avec les compagnies pétrolières et les gouvernements des pays concernés pour réduire cette pratique.


Les partenaires de la Banque mondiale

Algérie, Angola, Cameroun, Canada, Tchad, Équateur, Guinée Équatoriale, Indonésie, Kazakhstan, Khanty-Mansijsysk (Russie), Nigeria, Norvège, Qatar, Foreign Commonwealth Office du Royaume Uni, États-Unis d'Amérique, BP, Chevron, ENI, Exxon Mobil, Marathon, Norsk Hydro, Shell, Statoil, Total, le secrétariat de l'OPEC et la Banque mondiale. L'Union européenne deviendra partenaire en 2007.

Chaque année, environ 150 milliards de m3 de gaz naturel partent en fumée, selon les chiffres donnés par la Banque mondiale, qui indique que ce volume équivaut à un quart du volume de gaz utilisé aux États-Unis en un an, 30% de la consommation annuelle de gaz de l'Union européenne, ou encore 75% des exportations de gaz de Russie. Le brûlage du gaz naturel, également appelé torchage, est un procédé utilisé pour se débarrasser du gaz naturel associé à la production pétrolière et constitue à cet égard "un gaspillage flagrant d'une ressource d'énergie de grande valeur," selon Bent Svenson, chargé du dossier à la Banque mondiale. "Le cas de l'Afrique illustre de façon particulièrement frappante ce gaspillage de ressources. Si l'on prenait le gaz qui est torché en Afrique, ce qui ne représente que 40 milliards de m3 par an, et qu'on l'utilisait pour créer de l'électricité produite par des centrales modernes et efficaces, on pourrait doubler la production électrique de l'Afrique subsaharienne, à l'exclusion de l'Afrique du Sud," explique-t-il. 15 pays -le Nigeria, la Russie, l'Iran, l'Irak, l'Angola, le Qatar, l'Algérie, le Venezuela, la Guinée Équatoriale, l'Indonésie, le Brésil et le Mexique- sont actuellement les plus concernés par cette pratique.

Outre ce gaspillage, le torchage pose de graves problèmes environnementaux en contribuant à augmenter significativement les émissions de gaz de serre. Selon Bent Svenson, l'arrêt du torchage ferait baisser de 13% le montant total des émissions de CO2 que les pays se sont engagés à réduire au titre du Protocole de Kyoto pour la période 2008-2012... Par ailleurs, les substances toxiques répandues par les fumées des torchères "empêchent les populations de vivre dans un environnement sain," rappelle la Banque mondiale. Au Niger, pays où a été le plus pratiqué le torchage, des communautés locales ont porté plainte en juin 2005, soutenues par les Amis de la Terre et l'ONG Environmental Rights Action, contre le Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) et le gouvernement nigérian, ainsi qu'à l'encontre du consortium constitué par Shell, Exxon, Chevron, TotalFinaElf et Agip, afin de faire cesser le torchage. En novembre 2005, la Haute Cour Fédérale du Nigéria a ordonné aux compagnies pétrolières d'arrêter le torchage dans le delta du Niger, invoquant la violation des droits de l'homme (voir article lié).

Aujourd'hui, la Banque mondiale cherche à réduire cette pratique par le biais de partenariats publics/privés avec les gouvernements et les compagnies pétrolières. Un des principaux obstacles réside dans le manque d'infrastructures et de marchés pour la vente de ces gaz associés. "Une grande partie du pétrole est produite dans des zones éloignées, et souvent même off-shore, donc loin des marchés où le gaz associé pourrait être consommé," explique Bent Svenson. Ici, le rôle de la Banque mondiale n'est pas d'investir dans des infrastructures comme des oléducs permettant le transport du gaz, mais de conseiller les compagnies dans ces investissements. "Réduire le torchage demande un effort global et concerté de la part des gouvernements et de l'industrie, ainsi que de la part des institutions financières et des communautés locales," explique Rashad Kaldany, président du comité de pilotage des partenariats publics / privés. Le succès de cette initiative repose largement sur la volonté politique des pays concernés. Aujourd'hui, seulement un quart d'entre eux sont impliqués dans ce programme de la Banque mondiale, qui a pu néanmoins développer plusieurs actions, comme l'adoption d'une norme mondiale pour la réduction du torchage, la mise en œuvre de projets pour l'utilisation des gaz associés dans sept pays et la mise en œuvre de projets carbone, qui ont permis d'éviter le rejet de 12 milliards de m3 de gaz par an, soit une réduction des émissions de CO2 de 115 millions de tonnes pour 2012.

Véronique Smée
© 2014 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Suivez-nous