Publié le 07 janvier 2016

EMPREINTE TERRE

Fuite massive de méthane en Californie : la responsabilité de la compagnie gazière mise en cause

Cela fait plus de deux mois que du méthane ne cesse de s’échapper d’un puits de gaz de Californie. Quelque 79 000 tonnes de gaz ont été émises, des millions de dollars sont partis enfumée. Des centaines d’habitants ont été forcés de quitter leur domicile. Les associations environnementales et les avocats des familles dénoncent l’indifférence de la société de distribution SoCal Gas. Celle-ci estime qu’il lui faut encore deux à trois mois pour colmater la fuite. Le gouverneur de l'État vient quant à lui de déclarer l'état d'urgence autour de Los Angeles.

Le site d’Aliso Canyon, un ancien gisement de pétrole de la SoCal Gas, d’où s’échappe 50 tonnes de méthane par heure depuis le 23 octobre 2015.
Earthworks

Aux États-Unis, c’est actuellement le plus gros contributeur au changement climatique de l’Etat de Californie. La fuite d’un puits de gaz naturel sur le site d’Aliso Canyon, un ancien gisement de pétrole et l’un des plus grands réservoirs américains, a augmenté les émissions de CO2 de la région de 25%, selon l’agence de surveillance de la qualité de l’air.

La Californie se veut pourtant en pointe dans le domaine de la protection de l’environnement et du climat. 

 

79 000 tonnes de méthane 

 

Depuis le 23 octobre, toutes les heures, ce sont environ 50 tonnes de méthane qui s’échappent d’une canalisation éventrée à 2,5 km sous terre. Ce qui inquiète les spécialistes, c’est que le méthane, composant essentiel du gaz naturel, a un pouvoir réchauffant bien supérieur à celui du CO2 : il est 80 fois plus élevé que le dioxyde de carbone sur une période de vingt ans et 25 fois plus élevé sur une période de 100 ans. 

Selon les estimations de l’Environmental Defense Fund (EDF), qui a mis en place un compteur en direct, près de 79 000 tonnes de méthane ont été émises, ce qui correspond à 6,6 millions de tonnes de CO2 et à une perte de 12 millions de dollars. 

 

 

Deux puits de secours

 

En cause : la société de distribution Southern California Gas Co (SoCal Gas). Il aura fallu attendre le 28 décembre pour que la compagnie annonce avoir précisément localisé l’origine de la fuite. Mais elle assure en ignorer la cause. La SoCal Gas vient juste de commencer à forer un puits parallèle à celui qui fuit pour délivrer le gaz. Elle estime pouvoir mettre fin à la fuite d’ici fin février, voire en mars au plus tard.

 

Un second puits de secours va également être foré ce mois-ci. Le puits qui fuit devrait quant à lui être bouché et condamné. "SoCal Gas reconnaît l'impact de cet incident sur l'environnement, a déclaré son PDG Dennis Arriola. Je tiens à assurer à la population que nous tentons au maximum d'atténuer ces impacts et allons travailler avec les représentants de l'Etat afin d'élaborer un cadre qui nous aide à atteindre cet objectif".

 

La compagnie gazière déjà pointée du doigt

 

Mais pour les associations environnementales, la survenue d'un tel accident n'est pas une surprise. Selon les données de l’Environmental Defense Fund (EDF), qui datent d’il y a un an, plus de 38% des puits exploités par la compagnie sont âgés de plus de 50 ans et 16% des tuyaux sont fabriqués à partir de matériaux corrosifs.

"Les événements d’une telle ampleur sont rares, mais les fuites dans les chaînes d'approvisionnement de pétrole et de gaz ne le sont pas. Il y a beaucoup de mini Aliso Canyon qui, cumulés, contribuent au problème climatique - non seulement en Californie - mais partout dans le pays", s’insurge Timothy O'Connor, directeur du programme California Oil & Gas d’EDF. "C’est pourquoi il est indispensable de mettre en place des règles solides pour obliger les compagnies pétrolières et gazières à surveiller de près et à gérer les fuites de méthane."

 

Un gaz invisible à l’œil nu

 

Pour des raisons de sécurité, des centaines de résidents de Porter Ranch, un lotissement privé voisin, ont abandonné leur domicile. Après un recours collectif contre SoCal Gas, 2 200 d’entre eux ont pu être relogés par la compagnie. Autant sont en attente. Par ailleurs, deux écoles du quartier ont été fermées et le survol de la zone a été interdit. 

 

Les habitants se plaignent de nausées, de maux de tête ou encore de saignements de nez, dus à l’additif ajouté (le mercaptan) au gaz pour le détecter. Le méthane est en effet inodore et n’est visible que sous infrarouge. C’est ce qui a permis à l’Environmental Defense Fund de réaliser cette vidéo - datant du 17 décembre - qui montre l’étendue de la catastrophe.

 

Les avocats des familles soulignent l’indifférence de SoCal Gas. Selon eux, les dirigeants savaient que ces puits ne disposaient pas de valves de sécurité. C’est d’ailleurs pourquoi, il y a cinq ans, l’entreprise avait reçu l’autorisation d’augmenter ses tarifs afin de sécuriser le réservoir d’Aliso Canyon, qui compte plus de 90 puits.

 

"Malgré l'augmentation des tarifs des contribuables et des bénéfices annuels de près de 100 millions de dollars, l’entreprise a traîné à remplacer les vannes" déplore Maître R. Rex Parris. "SoCal Gas a prouvé qu'elle plaçait ses profits avant la sécurité. Elle était au courant des fuites des puits de stockage souterrains mais elle a choisi de ne pas répondreimmédiatement à un problème qui est, et continue d'être, un danger énorme pour la sécurité publique et pour l’environnement."

Concepcion Alvarez
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles