Publié le 15 juin 2017

EMPREINTE TERRE

RSE : Orangina secoue sa production

Neutralité carbone d’ici 2020, management participatif, réduction de la teneur en sucre dans ses boissons…Orangina Suntory France investit tous azimuts dans la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Une stratégie qui, selon ses dirigeants, devraient lui permettre de renforcer son leadership sur le marché des softs (hors colas) en France. Reportage dans l’une de ses quatre usines françaises, à Donnery dans le Loiret.

L'usine de Donnery dans le Loiret, réalise 45% de la production française d'Orangina
Orangina Suntory France

A Donnery, dans le Loiret, l’usine d’Orangina Suntory France s’étale sur 28 000 mètres carrés. 189 personnes y fabriquent 45 % de la production française de l’entreprise. Cette dernière mise sur la production locale avec 99,6% des boissons réalisées dans le pays. Quatre lignes de production fonctionnent à plein régime pour produire les cinq marques phares de l’entreprise: Orangina, Oasis, Schweppes, Pulco et la petite dernière MayTea.

Depuis 18 mois, 30 millions d’euros d’investissements dans les lignes de production (100 millions d'euros sur l'ensemble des sites français) et la mise en place de nouvelles actions managériales ont radicalement changé l'usine : transformation de la ligne pour les canettes, modification de la ligne PET (plastique transparent), mise en place d’une nouvelle siroperie, remodelage de l’atelier d’injection et de soufflage des bouteilles... Ces modifications ont permis de réduire les consommations d’eau, d’électricité et de plastique. Mais aussi de favoriser le confort des employés.

Des solutions par et pour les salariés

C’est à Donnery que sont nées en 2015, les "idées shift", une boîte à idées destinée à faire remonter les solutions des salariés est aujourd’hui généralisée à toute l’entreprise. Les idées peuvent concerner les process de fabrication, l’ergonomie, l’organisation du travail, l’aménagement de l’espace… Elles sont régulièrement analysées par le directeur de l’usine et un groupe de salariés. C’est ensuite au porteur d'une idée de la mettre en place. Depuis 2015, 197 idées shift ont été réalisées sur les 234 proposées.

Les idées shift sont une des actions vitrines du management participatif instauré par Thierry Gaillard, le président-directeur général d’Orangina Suntory France & Belgique, arrivé en 2014. "Nous voulons que chaque collaborateur se sente responsable d’un bout de la performance de l’entreprise. La vision de l’entreprise mise en place en 2015 a d’ailleurs été co-construite avec les salariés de tous métiers et de tous âges en mode itératif pendant plusieurs mois", tient ainsi à préciser Florence Marle, la directrice des ressources humaines.

Energie : moins consommer, mieux produire

Sur le site de Donnery, la nouvelle machine de soufflage des bouteilles en PET permet de gagner 900 MWh de consommation d’énergie à l’année, l’équivalent de 81 tonnes de CO2. Des économies non négligeables pour l’entreprise qui souhaite atteindre la neutralité carbone (avec un volet compensation carbone) de tous ses sites de production en 2020. Pour y parvenir, de nombreuses autres initiatives seront nécessaires.

"Nous sommes en train de réaliser une étude de 'pincement', qui va nous permettre d’identifier les autres gains d’énergie que nous pourrions faire dans l’usine en répartissant mieux les productions de chaleur ou de froid au sein du site", explique ainsi le directeur de l’usine, Olivier Delescluse.

Comme les autres sites de l’entreprise, Donnery est alimentée à 100 % par de l’électricité verte achetée auprès d’EDF. Mais d’ici 2020, elle sera aussi productrice d’énergies renouvelables.

Par ailleurs, Orangina Suntory France s’est engagé dans le programme FRET 21 de l’Ademe avec pour objectif de réduire de 9% ses émissions issues du transport des boissons (- 2 100 tonnes annuelles de GES d’ici 2019).

Des bouteilles plus économes en plastique et en eau

Autre gain environnemental permis par les derniers investissements de l’entreprise : la réduction de la consommation de plastique pour les emballages. Le grammage des nouvelles grandes bouteilles est ainsi passé de 57g à 42g. Objectif : 34 grammes. "Au-delà, ça devient compliqué", précise Olivier Delescluse.

De nouvelles machines à air ionisé, destinées à rincer les bouteilles avant remplissage, permettent aussi de diminuer la consommation d'eau de 65 % : l’équivalent d’une piscine olympique chaque mois !

Des boissons moins sucrées

Dans la siroperie flambant neuve, les boissons d’Orangina s’élaborent avec de moins en moins de sucre, un point majeur de RSE pour un fabriquant de soft. Une dynamique constante depuis 10 ans. Objectif : -20% de sucre dans toutes les boissons de l’entreprise d’ici 2020 par rapport à 2006, si possible sans remplacement par des édulcorants controversés. Déjà les dernières recettes comme celles du thé glacé MayTea sont imaginées avec très peu de sucre comparées à leurs concurrents (-40%).

Une stratégie gagnante. Avec 18% de parts de marché, Orangina Suntory France est aujourd’hui le 2ème  du marché des soft-drinks en France, juste derrière Coca-Cola, et représente 46 % de parts de marché sur les seules boissons aux fruits. En 2016, la filiale du groupe japonais Suntory a réalisé un chiffre d'affaires de 850 millions d'euros, en hausse de 2,4 %, sur un marché plutôt atone.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

 

 


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles