Novethic, Le média expert du développement durable

Suivez-nous

Publié le 04 septembre 2013

EMPREINTE TERRE

Nord Pas-de-Calais : le plan Rifkin pour l'écologie industrielle

Après Ecopal Dunkerque, qui rassemble 200 entreprises pionnières dans l'écologie industrielle, le Nord Pas-de-Calais a confié à Jeremy Rifkin son projet de « 3ème révolution industrielle » Objectif : promouvoir le concept à l'échelle de la région. Une première.


Le 25 octobre prochain, lors du World Forum 2013 de Lille, le célèbre prospectiviste américain Jeremy Rifkin viendra présenter son « Master Plan » à la demande de la Chambre de commerce régionale, de son président Philippe Vasseur et du conseil régional Nord Pas-de-Calais. Cette feuille de route doit servir à guider la région vers une troisième révolution industrielle. De quoi s'agit-il? « Les technologies d'internet et les énergies renouvelables sont en voie de fusionner pour créer une puissante infrastructure nouvelle, celle d'une troisième révolution industrielle qui va changer le monde », explique Jeremy Rifkin dans son dernier livre (1).

La région ajoute l'économie circulaire


Sur les huit axes de travail confiés à Rifkin par la CCI et la région, les cinq premiers correspondent au modèle déjà proposé par des « Master Plan » similaires à Rome, Monaco, Utrecht et San Antonio : distribution des énergies renouvelables, bâtiments producteurs d'énergie, hydrogène et stockage, réseaux intelligents (smart grids) et efficacité énergétique, sur laquelle la région a une performance inférieure de 82% à la moyenne nationale. Il s'agit, in fine, de faire de la région une pionnière de l'économie « post-carbone ».
Mais contrairement aux autres master plans Rifkin deux axes opérationnels de l'écologie industrielle ont été ajoutés, l'économie circulaire et l'économie de la fonctionnalité... Lors d'une intervention en juin, à Paris, le directeur du projet Claude Lenglet estimait qu'ils pourraient être « le liant qui permettra une approche systémique », et s'appuyer sur l'expérience des pôles locaux, dont le pionnier Ecopal à Dunkerque.

L'expérience pionnière d'Ecopal

200 entreprises membres, un inventaire de flux de matières et d'énergie, réalisé dès 2007, « le territoire de Dunkerque est l'un des berceaux de l'écologie industrielle en France », selon le guide de référence « Ecologie industrielle et territoriale », publié en juin 2013 (2) et qui passe en revue 14 projets pionniers dans ce domaine. Centré sur les zones d'activités et le port de Grande Synthe, Ecopal sert de laboratoire pour des actions collectives, dont des mutualisations dans les transports et la gestion des déchets. Certes, il n'a pas impacté de façon systémique les nombreuses industries lourdes présentes (Rio Tinto Alcan, GDF Suez, Glencore...), mais il a coïncidé dans le temps, avec la construction de la centrale à gaz DK6. Ouverte en 2005 indépendamment d'Ecopal, DK6 est une centrale à cycle combiné, qui applique le principe de « symbiose industrielle » en récupérant le gaz des torchères sidérurgiques (Arcelor Mittal), pour contribuer à chauffer la ville de Dunkerque.

Le Master plan va-t-il proposer de dupliquer Ecopal ? S'appuyer sur le pôle de compétitivité TEAM de Loos-en-Gohelle ou sur SYNEO à Valenciennes ? Toutes ces initiatives doivent être valorisées, assure Louis-Philippe Blervacque, qui est co-pilote du groupe de travail Economie circulaire, en tant qu'élu à la CCI Grand Lille. « Il y a beaucoup d'acteurs dans la région sur des sujets proches de l'économie circulaire », se réjouit l'élu à la chambre de commerce, dont le groupe de travail proposera d'amplifier les actions déjà existantes.

L'autre grande recommandation du groupe de travail devrait être d'intégrer les logiques et outils d'économie circulaire de façon transversale, dans les autres piliers du plan Rifkin : « il faut par exemple que les équipements des bâtiments intelligents et du stockage d'énergie soient éco-conçus », explique Louis-Philippe Blervacque. Dans sa définition de l'économie circulaire, le groupe de travail a fait le choix d'un périmètre très large, qui inclue «l'ensemble des flux de matière et d'énergie, la production propre et économe en ressources, les démarches d'Analyse de cycle de vie et d'éco-conception mais aussi l'écologie industrielle et territoriale ». L'équipe de Jeremy Rifkin retiendra-t-elle ces propositions ? Pour le savoir, rendez-vous le 25 octobre.

(1) La Troisième révolution industrielle, éditions Les liens qui libèrent, 2012

(2) Ecologie industrielle et territoriale, les collectivités actrices de la transition énergétique et écologique, Editions EtD / Orée / GrDF, juin 2013

Thibault Lescuyer
© 2014 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Suivez-nous