Publié le 10 janvier 2014

EMPREINTE TERRE

Canada : le bras de fer entre le gouvernement et les scientifiques profite-t-il à l'exploitation pétrolière ?

Depuis 5 ans le gouvernement de Stephan Harper et la communauté scientifique sont en délicatesse. En cause, la fermeture de laboratoires, suppression de programmes scientifiques sur le climat...officiellement pour des raisons budgétaires. Le dernier épisode en date, la fermeture de bibliothèques de l'agence fédérale des affaires maritimes avec la dispersion anarchiques de fonds scientifique, fait rebondir la polémique.

142018_GF.jpg
Institut des sciences de la mer Pêches et Océans Canada

A quel jeu se livre le gouvernement canadien de Stephan Harper ? Depuis quelques semaines, une polémique enfle au sein de la communauté scientifique suite à la décision - en avril 2013- de fermer sept des onze bibliothèques scientifiques de Pêches et océans Canada, l'agence fédérale chargée des affaires maritimes en raison de problèmes budgétaires. Problème : de nombreux documents scientifiques de ces bibliothèques qui devaient initialement être transférées dans d'autres lieux pourraient bien être perdus à jamais. La presse canadienne fait en effet état de scènes invraisemblables de mises au rebut de documents scientifiques dans des bennes et d'ouverture des fonds scientifiques aux particuliers, qui ont ainsi pu emporter des textes scientifiques, des rapports d'évaluation de la qualité des eaux... dispersant des fonds scientifiques importants. Selon les autorités canadiennes, il s'agissait seulement de documents en double, préalablement numérisés ou envoyés dans d'autres bibliothèques.

Cette situation est loin d'être anecdotique si l'on en croit les témoignages recueillis par les journalistes du Monde, Stéphane Foucart et Anne Pélouas dans un article publié dans l'édition du 9 janvier 2014. Ces pratiques pourraient « par exemple, empêcher le public et le gouvernement d'évaluer, dans le futur, les effets de tel ou tel développement industriel », a ainsi confié aux journalistes Burton Ayles, l'ancien directeur régional (centre et Arctique) de Pêches et océans Canada, aujourd'hui en retraite. Un des biologistes interrogés par Le Monde va même plus loin « Stephen Harper a fondé toute sa politique économique sur les sables bitumineux de l'Alberta, dont l'exploitation est désastreuse pour l'environnement : le gouvernement n'a d'autre choix que mentir pour cacher ce désastre, estime Daniel Pauly, professeur à l'université de Colombie-Britannique. Par exemple, pour éviter que des découvertes gênantes ne soient faites sur l'exploitation des hydrocarbures, on ferme les laboratoires d'écotoxicologie. Cela fonctionne désormais comme cela au Canada et c'est extrêmement grave. Nous dérivons vers une pétrodictature.»

Un documentaire retraçant 5 ans de bras de fer entre le gouvernement canadien et les scientifiques est d'ailleurs diffusé ce 10 janvier sur la chaîne canadienne CBC.

B-H
© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles