Publié le 11 novembre 2017

EMPREINTE TERRE

[VIDEO] Dans la mer des Caraïbes, une grande barrière de… plastiques

Du plastique à perte de vue. Voici ce qu'a filmé la photographe Caroline Power près des côtes du Honduras dans les Caraïbes, dans une zone censée être un refuge pour la biodiversité marine. Une vidéo coup de poing qui montre les conséquences d'une surconsommation de plastiques dans le monde. Selon une étude de la fondation MacArthur, en 2050, si rien ne change, les océans contiendront plus de plastiques que de poissons.


©Caroline Power Photography

C’est littéralement une mer de plastiques qu’a filmée la photographe américaine Caroline Power près de l’île de Roatan située vers les côtes du Honduras, dans les Caraïbes. Spécialisée dans la photo sous-marine, la militante se rendait sur un site de plongée censée être un refuge pour la biodiversité marine. Elle y a pourtant découvert une zone entièrement recouverte de déchets.

Des sacs de course, paquets de chips, petites cuillères…

"Partout autour de nous, il y avait des sacs plastiques de toutes les formes et de toutes les tailles : des paquets de chips, des sacs de congélation, des sacs de course, des poubelles, des sachets et toutes sortes d’emballages", témoigne-t-elle dans les colonnes du Telegraph. "Il y avait une infinité de fourchettes en plastiques, de cuillères, de bouteilles d’assiettes. Il y avait des ballons de foot cassés, des brosses à dents, une télé et beaucoup de chaussures et de tongs", ajoute-t-elle.

Choquée, la photographe a posté sur sa page Facebook une vidéo ainsi que des photos. Très vite son post est devenu viral. "Même si seulement 1 % des gens qui voient mes images décident de repenser leur utilisation de plastique, ce serait un énorme pas en avant", estime la photographe sur sa page Facebook.

En 2050, plus de plastiques que de poissons

Chaque année, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, environ 9,5 millions de tonnes de plastiques sont déversées dans les océans. En 2016, une étude de la fondation MacArthur et du cabinet McKinsey prévoyait que le ratio de plastique/poissons, qui est aujourd’hui d’1 tonne pour 5, passerait à 1 pour 1 en 2 050. "Au-delà du coût financier, si rien ne change, les océans contiendront plus de plastique que de poissons (en poids) d’ici 2 050", alertait la fondation.

Et les poissons restants, que nous mangeons, sont contaminés par le plastique... Une autre étude, menée en 2017 par l’Université de Gand, montre que les consommateurs de produits de la mer (poissons, fruits de mer…) ingèrent jusqu’à 11 000 microparticules de plastique chaque année. Or, si 99 % de ces microparticules traversent le corps humain, les 1 % restant sont absorbés par les tissus corporels.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres