Publié le 25 septembre 2015

EMPREINTE TERRE

Txetx Etcheverry (Alternatiba) : "la bataille pour le climat se jouera dans les 5 ans à venir"

Ce week-end, le village Alternatiba prendra ses quartiers place de la République, à Paris. C’est le tout premier dans la capitale, après des dizaines d’autres organisés aux quatre coins de la France. Le but ? Présenter des solutions concrètes pour lutter contre le réchauffement climatique et sensibiliser le public le plus large possible à l’urgence d’agir. Rencontre avec celui qui a lancé le mouvement, Txetx Etcheverry. Ce militant écologiste basque de 50 ans n’attend rien de la COP 21 mais il n’hésite pas à se servir de ce sommet mondial pour mobiliser autour de lui.

Txetx Etcheverry (au milieu sur le tandem), lors de l’une des dernières étapes du Tour Alternatiba qui arrive à Paris ce week-end.
Alternatiba

Novethic : Comment est né le mouvement Alternatiba ?  

Txetx Etcheverry : Il est né de l’analyse critique qu’on a émise après la COP de Copenhague en 2009. Cette année-là, il y a eu une prise de conscience quant à l’ampleur du réchauffement climatique à l’échelle des populations, au-delà d’un petit cercle d’initiés, ce qui était très positif. Mais toute la mobilisation de Copenhague a consisté à faire croire aux gens que la solution ne pouvait venir que d’en haut. Ce qui est faux. Tout le monde peut agir à son niveau pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

C’est comme ça que nous en sommes venus à nous dire qu’il valait mieux parler du changement climatique non pas en partant du problème mais plutôt des solutions, des alternatives auxquelles les gens peuvent adhérer, qu’ils peuvent adopter et améliorer. Nous souhaitions montrer que les citoyens ont prise sur la situation. C’est ainsi qu’est né le concept de village des alternatives au changement climatique, Alternatiba, au sein de l’association que j’avais fondé après la parution du 5e rapport du GIEC et qui s’appelle Bizi (pour "vivre" en basque).  

 

Novethic : Quel est le rôle de ces villages ?

Txetx Etcheverry : On y présente des solutions concrètes qui permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Ces solutions sont aussi destinées à construire une société plus solidaire, juste et soutenable. Elles créent du lien social, dans une logique de partage, de proximité, et de démocratie locale. Bref, elles permettent d’aller vers un monde plus désirable. La bataille sur le changement climatique n’est pas abordée comme un sacrifice ou une catastrophe mais comme une opportunité historique pour bifurquer, changer de voie et aller vers une société plus humaine.

Notre objectif est de contribuer à constituer un mouvement climatique citoyen qui puisse gagner des batailles décisives sur le climat en arrachant des décisions politiques très concrètes sur la fiscalité écologique par exemple, le prix carbone, ou l’interdiction de pratiques climaticides.  

 

Novethic : Le cimat est-il un sujet mobilisateur ?

Txetx Etcheverry : Pour avoir longtemps milité, c’est la première fois que j’assiste à un tel engouement. Il y a quelque chose qui se passe. Tout le monde pense que personne ne fait rien. Mais ce je vois moi, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui se mobilisent et qui sont préoccupés. Ce qu’il nous reste à faire désormais c’est construire cette conscience collective sur le fait qu’il existe un mouvement et qu’il est capable de faire bouger les lignes. Je pense qu’il faut réussir à propager ce sentiment à la majorité de l’opinion publique, afin de créer une mobilisation suffisante pour gagner la bataille dans les temps.  

Alternatiba connaît déjà un grand succès et cela s'accélère au fur et à mesure que l’on entre dans la dernière fenêtre de tir pour agir. Depuis notre première action à Bayonne en octobre 2013, 160 000 personnes ont participé à des villages ou au Tour Alternatiba [un tour à vélo de 5 637 km à travers 187 territoires et 5 pays, NDLR]. Nous avons eu des arrivées d’étape avec 200 à 300 personnes. Et le gros des manifestations reste à venir puisque 50 villages Alternatiba sont prévus d’ici la COP 21. Des milliers de bénévoles se sont ainsi mis en mouvement, 120 équipes locales se sont créées, il existe une mobilisation très concrète.

 

 

Novethic : Quelle place faites-vous à la COP 21 qui se tiendra à Paris à la fin de l’année ?

Txetx Etcheverry : Nous allons être très présents pendant la COP21 mais pas dans le but d’influencer ce qu’il va s’y passer puisque nous considérons que les dés sont déjà jetés. Et hélas, nous ne sommes pas partis pour accoucher d’un accord à la hauteur des enjeux quoique l’on fasse. Par ailleurs, un certain nombre de questions fondamentales ne seront pas abordées dans les négociations comme par exemple celle de l’interdiction de l’extraction d’énergies fossiles. Le sort du climat ne se joue donc pas dans l’accord de Paris, même si des initiatives seront prises en parallèle avec l’Agenda des solutions.

 

Novethic : La COP 21 n'est donc pas un moment décisif pour vous?

Txetx Etcheverry : Il ne faut pas que les gens se bercent d’illusions comme cela a été le cas à Copenhague. Nous ne voulons pas de gueule de bois le 12 décembre 2015. Notre message consiste à dire qu’il faut se préparer pour une bataille qui va être essentielle pendant les cinq années à venir car c’est là que tout va se jouer. Il faut par exemple qu’on avance sur l’arrêt des subventions aux énergies fossiles, sur la transition d’une agriculture conventionnelle vers une agriculture plus soutenable. La COP21 ce n’est pour nous que le début de cette bataille et on espère qu’elle nous permettra de mettre en place, à l’échelle mondiale, un mouvement qui soit assez fort pour la gagner.  

Nous suivons avec enthousiasme ce qui est train de se passer avec la campagne sur le désinvestissement   qui a des effets rapides et très concrets sur la réduction des émissions de GES. De notre côté, nous avons obtenu, avec Les Amis de la Terre, une victoire : le retrait de la Société générale du projet minier Alfa Coal dans le bassin de Galilée en Australie après plusieurs actions de désobéissance civile (occupation d’agences) et une mise en péril de leur risque réputationnel pendant la COP 21.  A la suite de cela, le Crédit agricole et la BNP Paribas se sont engagés à ne procéder à aucun investissement dans ce projet. Cela correspond à des millions de tonnes de carbone en moins éjectées dans l’atmosphère. Voilà comment nous utilisons la COP21 et l’impact mondial qu’elle peut avoir.  

 

Novethic :  Vous montriez tout à l'heure la force de la mibilisation Alternatiba. Mais comment mobiliser au delà du cercle des convaincus? 

Txetx Etcheverry : Nous nous sommes aperçus que la population est difficile à atteindre quand on lui parle du problème. Dans le pire des cas, elle est indifférente. Dans le meilleur des cas, elle comprend la gravité du problème mais ça la démoralise et l’empêche d’agir, donc ça ne participe pas à la résolution du problème. Qui plus est, si on explique au citoyen lambda que la solution dépend d’un accord international signé par 196 parties [195 pays + les 28 pays de l’UE, NDLR], il se sent complètement impuissant et du coup il préfère ignorer la question. 

Ce que nous proposons, c’est un discours qui met en avant les alternatives pour faire face au changement climatique afin de construire une société différente. Ce message reçoit un bon écho y compris dans certaines régions de France très affectées par la crise et le chômage. Dans nos conférences, nous citons souvent l’exemple des Etats-Unis pendant la Seconde guerre mondiale. En deux ans, ils ont reconverti toute leur industrie en industrie de guerre, en prenant des mesures radicales comme le fait d’interdire de circuler en voiture pour ne pas dépenser le pétrole consacré à l’industrie de guerre. Il est donc possible de changer très vite dès lors qu’il y a une volonté politique et une mobilisation de l’opinion publique. Tout est auto-réalisateur. Nous nous inscrivons dans un sentiment de victoire que nous essayons de propager pour gagner la bataille dans le temps imparti.  

 

 

 

Novethic : Le nerf de la guerre reste l’argent. Comment financer la transition énergétique ?  

Txetx Etcheverry : Je tiens à rappeler que l’inaction en matière de changement climatique coûte beaucoup plus cher que l’action. C’est acté. Donc nous n’avons pas d’autre choix que de trouver l’argent. Est-ce que cet argent existe ? La réponse est oui. Il se trouve dans les paradis fiscaux. A Lima [COP 20, ndlr], l’année dernière, j’ai assisté à un spectacle affligeant de la part des pays du Nord auxquels les pays du Sud ne font pas confiance sur la question du Fonds vert. Ils n’arrivent pas à abonder ce fonds alors que dans les paradis fiscaux, il y a 20 000 milliards de dollars, selon les estimations officielles. C’est selon moi le moyen évident de financer la transition énergétique. Mais pour cela, il faut une volonté politique.  

 

Novethic: En attendant où trouver l'argent nécessaire?

Txetx Etcheverry : L’autre grande source de financement se trouve dans les systèmes de fiscalité écologique. En donnant un prix au carbone, on pénalise un certain nombre de pratiques qui contribuent au dérèglement climatique, on encourage les modes plus sobres en carbone et on dégage des ressources qui permettent de financer la transition. C’était le principe de l’écotaxe en France qui visait non seulement à faire payer une partie des frais occasionnés par le transport routier (usure des routes, nuisances sonores, environnementales, sanitaires) mais qui permettait aussi de dégager de l’argent pour financer des infrastructures de déplacement propre. La suppression de l’écotaxe ou l’entêtement sur l’aéroport Notre-Dame-des-Landes  ne permettent pas à la France d’être un pays exemplaire alors qu’elle s’apprête à accueillir la COP21.    

 

A lire : Alternativez-vous, s’engager c’est vivre pleinement, préface de Christiane Hessel, ouvrage collectif, Edition Les Liens qui Libèrent, 3 juin 2015, 40 pages.

Propos recueillis par Concepcion Alvarez
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Cet article vous a plu ?

Recevez, deux fois par semaine,
les dernières infos de Novethic

Ou sélectionnez la ou les thématiques
qui vous intéressent
pour recevoir une alerte