Publié le 02 février 2007

EMPREINTE TERRE

Classement des pays en fonction de leurs politiques sur le climat

L'agence de notation munichoise Oekom research vient de rendre public son dernier classement annuel des pays les plus actifs en matière de politique de développement durable, un classement où la lutte contre le réchauffement climatique a pesé cette fois-ci particulièrement lourd dans la notation. C'est sans surprise que l'on retrouve les pays scandinaves à la tête du classement des 45 pays.

default

En raison de l'importance toujours plus grande que prend la lutte contre le réchauffement climatique, les analystes d'Oekom research ont, pour la première fois dans leur notation, accordé plus de poids au critère climat. « Des interviews ont été menées, en partenariat exclusif avec l'ONG Germanwatch, auprès de 300 experts de 56 pays, sur les politiques climatiques nationales et internationales dont les résultats ont été par la suite intégrés dans la notation, » rapporte Matthias Bönning, à la tête du département recherche chez Oekom.
Sonja Gantioler, en charge de l'analyse des pays, précise que les actions des gouvernements tant au niveau national qu'international en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique ont été prises en compte dans l'élaboration du critère climat, tout comme les taux d'émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre (GES). « Nous avons notamment calculé notre évaluation selon les niveaux d'émission par habitant, » ajoute l'analyste. De même, la part des énergies renouvelables comme celle des énergies traditionnelles dans la production nationale d'énergie ont été mesurées. Les mesures légales prises en faveur d'une réduction d'énergie et de GES dans les domaines du bâtiment et du transport routier sont également prises en compte.

En raison de la réévaluation du critère climat, la position de l'Allemagne s'est améliorée par rapport à l'année précédente : de la 11ème place, elle arrive à la sixième, derrière la Norvège, la Suède et le Danemark qui occupent respectivement les première, deuxième et troisième places. La politique gouvernementale menée en faveur des énergies renouvelables, qui fournissent à ce jour 11,9% de la production totale d'électricité selon des chiffres qui viennent de paraître, a joué en faveur de l'Allemagne. Rappelons que le pays vient de prendre la présidence du Conseil européen ainsi que la présidence du G8, deux présidences qu'elle a voulu placer sous le signe de la lutte contre le réchauffement climatique.
La France, quant à elle, améliore à peine sa position. Elle passe de la 17eme à la 16eme position. « Une des grandes différences entre les deux pays réside certainement dans l'action gouvernementale contre le réchauffement climatique. L'Allemagne se distingue nettement par son action, tant au niveau national qu'au niveau international, » observe Sonja Gantioler. Mais elle ajoute que tout n'est pas positif pour autant. « Le plan d'allocation nationale de CO2 est fortement critiqué, par exemple, tout comme la bourse à l'énergie » (où sont négociés les quotas d'émissions).

Russie, Inde et Pakistan en fin de classement

Le nouveau système de notation a conduit au déclassement des Etats-Unis. Ils baissent de deux points et passent de la place 33 à la 35eme. La Russie, l'Inde et le Pakistan sont en bas de classement. L'agence de notation conclut que l'on retrouve peu de mouvements à la tête et au bas du classement et souligne que les pays européens font figure de précurseurs en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Sonja Gantioler ajoute toutefois un bémol : « Il y a encore beaucoup de choses à faire afin de lutter efficacement contre le changement climatique. Car au lieu de favoriser le rôle des énergies renouvelables, les pays européens envisagent soit d'augmenter la part du nucléaire, soit la part du gaz traditionnel. »

Le critère climat, même s'il pèse beaucoup plus dans la notation des pays, n'occulte cependant pas les autres critères, notamment sociaux. Ainsi, les analystes d'Oekom ne manquent pas d'épingler les politiques d'asile et d'immigration de certains pays européens. Une trop grande rigidité envers les réfugiés en Autriche, Grèce, Suisse ou Estonie, et trop de discrimination des minorités en Slovaquie, en République Tchèque ou en Hongrie.

L'agence de notation publie chaque année, depuis 2001, un classement des pays selon leur politique de développement durable en intégrant 150 critères écologiques et sociaux. On compte 45 pays dans le classement, ceux de l'OCDE ainsi que les principales économies d'Asie et d'Europe de l'est. L'agence précise que ses notations servent en premier lieu aux investisseurs. D'une manière générale, ses analyses se retrouvent dans 60 fonds représentant une valeur totale de 3,2 milliards d'euros, toujours selon l'agence. Ajoutons enfin qu'Oekom collabore avec l'agence française Vigeo depuis octobre 2006 pour aider l'ERAFP (Etablissement de Retraite Additionnelle de la Fonction Publique), premier fonds de pension de la fonction publique à mettre en place un référentiel d'évaluation extra financière des entreprises et des Etats.

Claire Stam de Francfort (Allemagne)
© 2014 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Suivez-nous