Publié le 15 décembre 2016

EMPREINTE SOCIALE

"Humiliés", les chauffeurs de VTC manifestent à Paris

Des centaines de chauffeurs de VTC (véhicules de transport avec chauffeur) manifestent aujourd’hui à Paris. Ils viennent dire leur ras-le-bol de certaines pratiques des plateformes de réservation, Uber en tête. Et réclament une meilleure rémunération.

Manifestation de plusieurs centaines de chauffeurs de VTC, Porte Maillot à Paris, le 15 décembre 2016.
Lionel Bonaventure / AFP

Ras-le-bol de "l'humiliation" des plateformes de réservation, de "l’augmentation des commissions d’Uber", des "désactivations arbitraires", des "3,75 euros l’heure".

Plus de 200 VTC étaient stationnés Porte Maillot à Paris ce jeudi. À l’appel de trois organisations, Actif-VTC, UNSA-VTC et Capa-VTC, les chauffeurs venus manifester réclament de meilleures conditions de travail et une meilleure rémunération. "Je travaille 70h par semaine et gagne entre 1100 et 1200 euros par mois", témoigne un chauffeur souhaitant garder l’anonymat, de peur d’être "déconnecté par Uber".

 

UBER : 25% de commission

 

"Notre première revendication porte sur la hausse des commissions", souligne un porte-parole d’Actif-VTC.

Le 8 décembre dernier, Uber a augmenté les commissions sur chaque course, passant de 20 à 25%. "Rien ne justifie une hausse. Uber n’a aucun coût lié aux voitures : le gazole, les réparations, la TVA… sont à la charge du chauffeur", explique Helmi Mamlouk, président de CAPA-VTC.

Face au mécontentement des VTC, Uber a décidé d’augmenter les tarifs des courses. "Les revenus des partenaires chauffeurs d’Uber ont d’ores et déjà augmenté d’environ 5%", souligne un porte-parole de la plateforme.

"Une soi-disant augmentation, en centimes d’euros, pour tenter de faire passer en douceur la hausse des commissions", estime l’Union des chauffeurs capacitaires et VTC.

 

"Le prix d'un kebab"

 

Concrètement, les organisations souhaitent un tarif minimum de 15 euros par course. Actuellement, le minimum est fixé à 6 euros. "Le prix d’un kebab", ironisent certains.

Les syndicats exigent un plafonnement de la commission d’Uber à 15%, ainsi qu’un tarif de 1,5 euros par kilomètre.

Des VTC venus de toute la France, sont attendus. À 13h, ils prendront la direction du siège d’Uber, rue de Cambrai, à Paris. "Nous resterons jusqu’à ce qu’Uber nous reçoivent. Cela peut durer plusieurs jours", préviennent-ils.

La fédération CFDT des Transports appelle quant à elle à une déconnexion massive des VTC, mais pas à la manifestation. À la suite d'une rencontre avec la direction d’Uber – une première – elle affirme que, dès 2017, s’ouvrira une phase de discussion sur les rémunérations et la protection sociale des VTC.

Marina Fabre
© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles