Volkswagen : l’ISR a permis d’éviter une perte de 650 millions d’euros

Publié le mercredi 14 octobre 2015 à 10h16

Au total, l’ISR aurait permis d’éviter près de 650 millions d’euros de pertes sur l’affaire Volkswagen et ce simplement grâce à une gestion de fonds socialement responsable. C’est ce que soutient Cedrus Asset management, une société de gestion d’actifs spécialisée dans la sélection et l’allocation active de fonds, spécialiste de l’ISR et de la gestion durable.  

Ainsi, entre le 18 septembre (jour de la révélation du scandale) et le 5 octobre, le titre a perdu 48 % de sa valeur tandis que les obligations ont perdu en moyenne 10 % de leur valeur. Or, la plupart des gérants actions zone Euro ISR étaient absents de Volkswagen ou étaient sous-pondérés sur le titre en raison principalement d’une note faible sur le pilier "gouvernance" et de divers controverses tant sur l’environnement que la gouvernance, souligne Cedrus AM.  

La société de gestion précise que 25 % des fonds ISR actions zone euro qu'elle détenait étaient exposés au titre Volkswagen. Au 18 septembre, l'exposition de sa gestion actions zone euro au titre Volkswagen était de 0,28 % contre 0,75 % pour l'indice Eurostoxx. A plus grande échelle, l'encours actuel des fonds actions zone euro est d'environ 100 milliards d'euros. "Sur la base de ces hypothèses, la sélection ISR a pu faire économiser environ 225 millions d'euros", estime alors Cedrus.

D'autre part, 70 % des fonds crédit ISR détenus en portefeuille par Cedrus étaient exposés à Volkswagen. Au 18 septembre, son fonds crédit était exposé aux obligations Volkswagen à hauteur de 0,64 % contre 1,69 % pour l'indice Barclays Euro Corporate Bond. A plus grande échelle, l'encours actuel des fonds obligataires de la zone euro est d'environ 400 milliards d'euros. "Sur ces bases, l'ISR a permis d'éviter une diminution des actifs sous gestion de l'ordre de 420 millions d'euros", estime Cedrus. Soit au total, une perte évitée de près de 650 millions d’euros.  

Béatrice Héraud