Un quart des poissons pêchés transformés en farine pour animaux

Publié le mercredi 15 février 2017 à 10h13

"De la confiture aux cochons". C’est sous cette formule que l’ONG Bloom dénonce la "pêche minotière" dans un rapport publié hier.  

Cette pêche industrielle capture des petits poissons comme des anchois ou des sardines pour les réduire en farine ou en huile. Ils sont ensuite destinés à alimenter les poissons d’élevage, les porcs et les volailles. Pourtant, 90% de ces captures sont comestibles par les humains.  

Cela constitue une "grave menace pour la sécurité alimentaire", affirme l’ONG. "Les navires usines gigantesques ont étendu leurs activités aux eaux lointaines des pays en développement, où ils sont entrés en concurrence directe avec les pêcheries vivrières locales en capturant ces petits poissons dits de fourrage". De nombreux prédateurs comme les thons ou les cabillauds se nourrissent en effet de ces petits poissons. Or, depuis 1950, un quart des captures de poissons ont été réduits en farine ou en huile.

Bloom rappelle que cette pêche n’est pas conforme aux normes de conduite de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) puisque la transformation des poissons en farine doit être limitée aux espèces non consommables.  

Il faut "interdire la certification pêche durable" pour la pêche minotière, préconise Bloom qui tire à boulets rouges sur le "label controversé de "pêche durable" MSC".  

Marina Fabre