Salaires : Glassdoor décrypte les inégalités hommes-femmes

Publié le mercredi 23 mars 2016 à 14h04

Même filtré par intitulé de poste et échelle d’entreprise, il reste un écart non négligeable inexpliqué entre les salaires des hommes et celui des femmes. C’est ce que démontre une étude internationale de Glassdoor Economic Research, basée sur les données de plus de 534 000 salariés en France, en Allemagne, en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Ce rapport, intitulé "La Démystification de l’écart salarial", tente de comprendre l’écart salarial 'qualifié' et 'non qualifié' en filtrant les déclarations de salaires des hommes et des femmes en fonction de différents critères. 

Si l’on se focalise sur la France, l’écart salarial 'non qualifié' entre hommes et femmes est de 14,3 %. Quand un homme gagne 1 €, une femme en gagne donc 0,86€ en moyenne. Mais si l’on ajoute des filtres sur l’âge, le cursus et l’expérience professionnelle, l’écart se réduit à 9,6 % puis à 6,3 % si l’on rajoute les filtres de la profession, du secteur, de la localisation, de l’année, de l’entreprise et de l’intitulé du poste. Des différences qui restent peu ou prou les mêmes dans tous les pays étudiés.  

Les chercheurs en concluent que 29 % de cet écart ne peut être justifié par l’un ou l’autre des facteurs observables par les données Glassdoor. Cet écart "inexpliqué" pourrait être attribué à un parti-pris de l’entreprise (qu’il soit intentionnel ou non), à des négociations salariales moins fructueuses pour les femmes que pour les hommes et/ou à d’autres caractéristiques de l’employé non observées.

Pour le Dr Chamberlain, responsable économique chez Glassdoor, le facteur prégnant de l’écart salarial serait que "les hommes et les femmes ont tendance à prendre des voies professionnelles différentes et à s’engager dans des postes et industries divers, ce qui est, en grande mesure, dû à une variété d’attentes sociétales et de normes de genre traditionnelles."  

Pour enrayer l’écart salarial hommes-femmes, les efforts doivent se concentrer "sur la mise en œuvre de politiques et programmes permettant aux femmes de soutenir le développement de leur carrière et d’accéder à la formation (ex : en négociation salariale), afin de les encourager dans leurs choix de poste ou de domaine professionnel. Plus de transparence sur le salaire permet également d’éliminer l’écart salarial",  explique Dawn Lyon, vice-présidente des Affaires Générales chez Glassdoor.

Béatrice Héraud