Salaires des dirigeants : le vote des actionnaires enfin contraignant

Publié le vendredi 17 mars 2017 à 15h00

Le "say on pay" devient contraignant. Le décret d’application de la loi Sapin 2 qui "restaure le droit des actionnaires" entre en vigueur demain.  

Concrètement, la loi confère aux actionnaires un pouvoir sur les rémunérations et avantages divers attribués aux dirigeants des entreprises. Jusqu’ici le vote des actionnaires était consultatif.  

Pour la première fois en juin 2016, des Assemblées générales ont refusé d’approuver la rémunération totale de leur dirigeant. C’était le cas pour Carlos Ghosn, président de Renault, qui a reçu 15,6 millions d’euros en 2016, ou encore Patrick Kron, ancien dirigeant d’Alstom. La prochaine assemblée générale de Renault est prévue le 15 juin. 

Marina Fabre