Risque carbone : près de 2 000 milliards de dollars de projets non rentables selon Carbon Tracker

Publié le mercredi 25 novembre 2015 à 10h52

Dans un nouveau rapport sur le risque carbone, publié ce mercredi, Carbon Tracker Initiative (CTO) prévoit que les entreprises liées aux énergies fossiles risquent de gaspiller près de 2 000 milliards de dollars en projets non rentables d’ici à 2035.

Ces projets sont mis en périls par la demande croissante en énergies renouvelables et donc à une diminution de la demande en énergie fossile. Il existe ainsi une "zone de risque" pour les compagnies fossiles entre le "scénario 450" de l’Agence internationale pour l’énergie, qui projette une limitation de la concentration des GES dans l’atmosphère à 450 ppm de CO2 pour limiter la hausse des températures à 2°C, et un scénario "business as usual". Abandonner ces 2 000 milliards de projets permettrait d’éviter le rejet de 156 Gt de CO2 dans l’atmosphère.

"Si l’industrie interprète mal la demande future en sous-estimant les progrès technologiques, cela peut conduire à un excès de l’offre et créer des actifs bloqués. Les actionnaires pourraient alors être concernés si les entreprises se lancent dans des investissements dont les retours ne sont plus garantis", indique le rapport.

CTI affirme également que "le pétrole représente près des deux tiers du risque financier mais un cinquième du risque en termes d’émissions, tandis que le charbon comporte à peu près 50 % du risque en matière d’émissions mais seulement un dixième du risque financier". Et l’ONG d’annoncer "la fin de l’expansion du secteur charbon", car "poursuivre la production de charbon via des mines  existantes est suffisant pour atteindre le volume compatible avec le scénario 450".

L’étude établit enfin un classement des compagnies les plus exposées au risque carbone. Il s’agit de Pemex avec 77 milliards de dollars de projets « caducs », Shell (76,9) et ExxonMobil (72,9). Le groupe Français Total arrive en 12ème position avec 30,1 milliards de dollars de projets considérés non rentables par CTI, dont 27,7 pour le pétrole et 2,4 pour le gaz. Les Etats-Unis et le Canada sont les pays qui sont le plus exposés au risque carbone.

Marie Pecquerie