Projet de loi biodiversité : les députés repoussent l’interdiction des néonicotinoïdes à septembre 2018

Publié le vendredi 18 mars 2016 à 10h43

La bataille aura été rude. Les députés ont finalement adopté, de justesse (30 voix, 28 contre), l’interdiction des néonicotinoïdes, une famille de pesticides reconnus nocifs pour les abeilles et les insectes pollinisateurs, mais aussi plus généralement pour l’environnement et la santé. Toutefois, l’interdiction entrera en vigueur, non plus au 1er janvier 2017, mais au 1er septembre 2018 pour "laisser le temps à la profession agricole de s’adapter."

Le texte interdit l’utilisation de ces molécules sur l’ensemble des cultures, "y compris les semences traitées avec ces produits". Il prévoit également qu’un arrêté ministériel définisse, après avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), des "solutions de substitution" à ces substances. "On renverse la mécanique : l’interdiction des néonicotinoïdes devient la règle et leur utilisation l’exception, contrairement à aujourd’hui", se félicite la députée socialiste Delphine Batho, qui regrette toutefois le report à 2018.

Mardi, nous apprenions que le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, avait envoyé vendredi 11 mars, une lettre aux députés pour les inciter à ne pas voter en faveur de l’interdiction totale des insecticides néonicotinoïdes, dans le cadre du projet de loi sur la biodiversité débattu à partir de ce mardi à l'Assemblée.

Désormais, la mesure doit être confirmée en deuxième lecture au Sénat. Des sénateurs qui s’étaient opposés en 1ère lecture à leur interdiction.

Concepcion Alvarez