Pesticides : leur rapport coût/bénéfices défavorable selon une étude

Publié le lundi 21 mars 2016 à 16h21

Une étude publiée par deux chercheurs de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) met en avant les externalités négatives liées à l’utilisation des pesticides, selon une information relayée par Le Monde. Résultat : le coût des pesticides s’avère bien plus élevé que leurs bénéfices.

Les chercheurs se sont concentrés sur des données américaines datant du début des années 90. Il apparaît ainsi que les bénéfices des produits phytosanitaires sont évalués à 27 milliards de dollars alors que leur coût est quant à lui chiffré à 40 milliards de dollars. Parmi les externalités négatives, il y a les conséquences environnementales, sanitaires, réglementaires ainsi que les frais d’évitement qui correspondent à l’excédent de dépenses pour les ménages qui achètent du bio.

A titre d'exemple, les pertes de rendement dues aux résistances aux pesticides sont estimées à 2,3 milliards de dollars, la surveillance des points de captage d’eau à 3 milliards de dollars et la mortalité des oiseaux à 6 milliards de dollars. Mais le poste qui pèse le plus est celui des maladies chroniques développées lors de l’exposition à ces substances. Un coût toutefois difficile à chiffrer.

Selon une étude publiée en 2015 dans la revue Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, les dégâts sanitaires de l’exposition de la population européenne aux seuls pesticides organophosphorés et organochlorés seraient de … 120 milliards d’euros par an.

Concepcion Alvarez

Suivez-nous