Pesticides : des chercheurs demandent des explications sur le financement de la recherche

Publié le lundi 17 octobre 2016 à 10h52

Une douzaine de scientifiques et de médecins, praticiens hospitaliers ou chercheurs attachés à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et au CNRS veulent comprendre.

Ils ont adressé aux ministres de l’Agriculture, de la Santé, du Travail, de la Recherche et de l’Environnement une demande d’éclaircissements après avoir essuyé le refus du financement de leurs travaux. Une demande qu’ils rendent publique dans une lettre ouverte datée du 10 octobre. Un fait assez inhabituel dans le milieu.

Le projet en question concerne les "expositions professionnelles et environnementales aux cancérogènes des patients atteints de cancers hématologiques pris en charge au Centre hospitalier d’Avignon", en réponse à l’appel à projets Ecophyto II (le plan d’action gouvernemental pour la réduction des pesticides). Il partait de l’inquiétude des médecins oncologues/hématologues du Centre hospitalier d’Avignon devant l’augmentation importante, au cours des dernières années, des nouveaux cas de cancers hématologiques (lymphomes, myélomes, leucémies) dans leur bassin de population.

L’objectif était donc de réaliser un travail pluridisciplinaire (sociologues, géographes, médecins du travail, oncologues, généralistes, assistante sociale, cadre de santé) pour identifier les expositions à des cancérogènes connus et faciliter l’accès des patients aux droits de la réparation en maladie professionnelle.

Le  projet a été rejeté sans justification. "Pour certains des chercheurs il pourrait s’agir d’une forme de censure politique de ce projet", souligne l’association Générations futures.

Béatrice Héraud