Objectif 300 GW en 2030 : l’initiative africaine pour l’énergie renouvelable ambitieuse

Publié le lundi 07 décembre 2015 à 14h38

L’Initiative africaine pour l’énergie renouvelable (AREI), lancée le 1er décembre par la Banque africaine de développement, a été détaillée ce lundi 7 décembre, dans le cadre du Programme d’actions Paris-Lima (LPAA), en parallèle des négociations climatiques qui se tiennent au Bourget.  

L’objectif est ambitieux puisqu’il prévoit de construire au moins 10 gigawatts de nouvelles capacités de production d’ici 2020 et d’au moins 300 gigawatts d’ici 2030. A titre de comparaison, la production totale d’électricité de l’Afrique atteint actuellement environ 150 gigawatts.  

Le ministre de l’environnement égyptien, Khaled Fahny, a remercié les gouvernements allemand et français pour leur soutien. "Ils nous ont permis de mobiliser la moitié des financements nécessaires, estimés au total à 10 milliards d'euros d’ici 2020". Paris contribue à hauteur de 20 %. Le chef de l’Etat, François Hollande, a en effet annoncé la semaine dernière la mobilisation de 2 milliards d’euros pour les renouvelables en Afrique d’ici 2020. Une somme qui ne vient pas s’ajouter aux engagements pris par la France en septembre dernier, lors de la présentation des Objectifs du développement durable (ODD) à l’ONU. François Hollande avait alors annoncé une hausse de 4 milliards d’euros de l’aide publique au développement dans le domaine de l’énergie d’ici 2020.

Concepcion Alvarez