Natixis cesse le financement des industries du charbon dans le monde

Publié le jeudi 15 octobre 2015 à 15h10

Nouvel acteur à cesser le financement du charbon : Natixis,  la banque internationale de financement, de gestion, d’assurances et de services financiers du Groupe BPCE, le deuxième acteur bancaire français.  

Dans un communiqué publié ce 15 octobre, Natixis "prend l’engagement de ne plus financer de centrales électriques au charbon et de mines de charbon thermique dans le monde entier, en l’état actuel des technologies". La banque s’engage également à ne plus accepter de nouveaux mandats de conseil ou d’arrangement liés à de tels financements et "renonce aussi à financer les sociétés dont l'activité repose à plus de 50 % sur l'exploitation de centrales électriques au charbon ou de mines de charbon thermique". La banque avait déjà décidé de ne pas financer les projets utilisant la technique du "Moutain Top Removal", l’une des formes d’extraction les plus agressives pour l’environnement.  

"Les institutions financières ont la responsabilité d’accentuer les efforts déjà réalisés pour développer les énergies renouvelables à travers le monde", souligne Laurent Mignon, le directeur général de Natixis. Pour la banque, l’arrêt du financement du secteur du charbon thermique constitue "une étape importante" de sa mobilisation en faveur de la transition énergétique. Elle repose sur la décision de renforcer son rôle d’acteur de référence dans le financement des énergies renouvelables (+ de 60 % du portefeuille de production électrique financé), sur la volonté d’accompagner ses clients dans la transition énergétique et "une impérative prise en compte des risques multiples associés à l’industrie du charbon : risques environnementaux mais également économiques et règlementaires".  

Béatrice Héraud