Naples : l’enfouissement illégal des déchets toxiques responsable de la hausse de la mortalité

Publié le mardi 05 janvier 2016 à 13h55

C’est un rapport qui est presque passé inaperçu, publié le 30 décembre, par l’Institut supérieur de la santé (ISS) italien et révélé aujourd’hui par le quotidien Le Monde. Commandé par le Parlement italien, il démontre le lien de cause à effet entre la combustion ou l’enfouissement illégaux des déchets toxiques et le nombre de décès et de maladies graves constatés dans la région de Naples, la Campanie.  

Depuis plusieurs années, des associations de riverains se battent en vain pour faire reconnaître ce lien. La région a même été rebaptisée "terre des feux" en raison des nombreux des déchets industriels brûlés en toute impunité par la Comorra, la mafia napolitaine, chargée de les faire disparaître à des prix défiant toute concurrence. Le sujet était au cœur du livre de l’écrivain-journaliste Roberto Saviano, Gomorra, publié en 2008.  

Les auteurs du rapport mettent en évidence que le taux de mortalité dû à des problèmes respiratoires dans la province de Naples est de 6 % supérieur à celui du reste de l’Italie. Ils révèlent également que  le nombre d'enfants hospitalisés dans leur première année de vie pour des cancers est lui aussi excessif.

Par ailleurs, de janvier à août, c'est tout le pays a connu une hausse inexpliquée des décès, avec 444 658 morts contre 400 000 la même période l’année précédente, selon les statiques de l’Institut national Istat. Si la tendance se poursuit, le total des décès en Italie pourrait atteindre 667 000 en 2015, alors qu’il a oscillé entre 547 000 et 612 000 ces dix dernières années.

Concepcion Alvarez

Suivez-nous