Loi biodiversité : Le Foll opposé à l’interdiction des néonicotinoïdes

Publié le mardi 15 mars 2016 à 16h09

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a envoyé vendredi 11 mars, une lettre aux députés pour les inciter à ne pas voter en faveur de l’interdiction totale des insecticides néonicotinoïdes, dans le cadre du projet de loi sur la biodiversité débattu à partir de ce mardi à l'Assemblée. Une lettre que se sont procurée Le Monde et l’AFP.

Le ministre défend "son action volontariste" pour protéger les pollinisateurs, l’objectif n'étant pas selon lui de "multiplier les normes ou les interdictions brutales". Stéphane Le Foll évoque également les possibles "distorsions entre les agriculteurs français et le reste des agriculteurs européens". Cette action "doit se conduire au bon niveau, au niveau européen, et en tenant compte des alternatives agronomiques disponibles pour lutter efficacement contre les ravageurs des cultures", argumente-t-il.

Stéphane Le Foll précise également dans sa lettre que la hausse de 9,4 % des ventes de produits phytosanitaires entre 2013 et 2014 était "due à une augmentation des ventes d'herbicides et de fongicides", mais que "le recours aux néonicotinoïdes baisse de 3 à 4 % en moyenne entre 2011 et 2014".

Le 9 mars dernier, la commission du développement durable de l’Assemblée a réintroduit l’interdiction des néonicotinoïdes au 1er janvier 2017 pour tous les usages et toutes les cultures. Au total, 224 députés et 64 sénateurs ont rallié l’appel en faveur d’une interdiction totale. Mais depuis une semaine, pas moins de 45 amendements ont été déposés contre.

Une coalition d’apiculteurs et d’ONG ont manifesté ce mardi devant l’Assemblée. Selon l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), une centaine de produits phytosanitaires contient des néonicotinoïdes, "pesticides les plus toxiques pour les abeilles en exposition chronique" déplore-t-elle.

Concepcion Alvarez

Suivez-nous