Huit associations déposent un recours contre l’EPR de Flamanville

Publié le mercredi 19 avril 2017 à 16h53

Huit associations, dont Greenpeace et l’Observatoire du nucléaire, à avoir déposé mardi 18 avril un "recours gracieux" auprès du Premier ministre Bernard Cazeneuve. Le but ? Mettre fin au chantier de Flamanville. 

Le décret d’autorisation de création de l’EPR de Flamanville du 11 avril 2007 soulignait que le "premier chargement de combustible du réacteur devait être effectué dans les 10 ans à compter de cette date", indique le Réseau Sortir du nucléaire. Or, l’État, le 24 mars, a accepté de prolonger cette autorisation pour 3 ans. "Il ne s’agit que de reculer pour mieux sauter ! on peut légitimement mettre en doute la capacité des industriels à finaliser le chantier", estime l’association.

"Les révélations de ces derniers mois montrent que les graves dysfonctionnements de l’usine Areva du Creusot, où ont été forgées de nombreuses pièces de l’EPR et en particulier sa cuve, étaient connus dès 2005 par EDF, Areva et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN)", ajoute l’Observatoire du nucléaire.

Sans réponse d’ici deux mois, les 8 associations prévoient déjà de déposer un recours contentieux devant le Conseil d’État.

Marina Fabre