Fracturation hydraulique : 7 millions d’Américains menacés par des séismes

Publié le mardi 29 mars 2016 à 17h59

7 millions. C’est le nombre de personnes résidant dans le Centre et l’Est des États-Unis vivant sous la menace de séismes provoqués par la fracturation hydraulique. C’est ce que démontre un rapport de l’Institut américain de géophysique (USGS) publié le 28 mars. Les États les plus exposés sont, dans l’ordre : l’Oklahoma, le Kansas, le Texas, le Colorado, le Nouveau-Mexique et l’Arkansas.

La fracturation hydraulique est la technique utilisée pour extraire le pétrole et l’huile de schiste des sous-sols. Elle est très controversée car, outre les risques avérés de tremblement de terre, elle nécessite l’utilisation de très grandes quantités d’eau, mélangées à de nombreux produits chimiques. Des substances qui ne sont pas récupérées par les exploitants des parcelles et qui polluent les nappes phréatiques.

"Inclure les secousses telluriques résultant d’activités humaines dans notre évaluation a fortement accru le risque dans plusieurs parties des Etats-Unis", explique Mark Petersen, responsable de la cartographie sismique à l’USGS. Les scientifiques de l’Institut américain de géophysique ont identifié 21 localisations qui ont connu un fort accroissement des séismes entre 1980 et 2015. La magnitude de ces tremblements de terre égale ou dépasse les 2,5 sur l’échelle ouverte de Richter.

Cette cartographie des risques sismiques liés à la fracturation hydraulique est une première pour l’USGS.

Antonin Amado

Suivez-nous