Fessenheim : en Allemagne de nouvelles révélations ravivent l'opposition à la centrale française

Publié le vendredi 04 mars 2016 à 13h59

Une panne survenue le 9 avril 2014 sur le site nucléaire de Fessenheim, la doyenne des centrales françaises, s’est avérée être "plus grave qu’on ne l’imaginait" selon les recherches du quotidien national Süddeutsche Zeitung et de la première chaîne télévisée publique WDR (West Deutscher Rundfunk). 

Les journalistes allemands accusent l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et l’opérateur EDF d’avoir à dessein retenu des informations sur la gravité de l’accident et affirment que l’Europe occidentale est passée juste à côté d’une catastrophe nucléaire de grande ampleur. En effet, à l’époque, l’un des deux réacteurs s’était retrouvé à l’arrêt après que des fuites d’eau aient été décelées sur le site. Ils s’appuient sur des documents envoyés par l’ASN aux dirigeants de la centrale et qu’ils ont pu se procurer. 

Ces révélations s’inscrivent dans un contexte où la sphère politique allemande et de larges pans de la société civile s’alarment du danger grandissant que représentent les centrales vieillissantes situées aux frontières françaises et belges.

Un débat qui déborde les frontières du Rhin : hier, on apprenait que le canton et la ville de Genève portaient plainte contre la centrale nucléaire du Bugey pour "mise en danger de la vie d’autrui et pollution des eaux".

Suite aux révélations de la presse allemande, la Ministre allemande de l’environnement et de la sûreté nucléaire, la sociale-démocrate Barbara Hendricks, réitère sa demande que la centrale de Fessenheim soit "fermée au plus vite". 

Claire Stam, à Francfort

Suivez-nous