Énergies renouvelables : investissements mondiaux records en 2015

Publié le jeudi 24 mars 2016 à 16h05

Les énergies renouvelables (1) ont le vent en poupe chez les investisseurs. C’est ce que montre le 10ème rapport annuel sur les "Tendances mondiales des investissements dans les énergies renouvelables" du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), publié aujourd’hui par le Centre de Collaboration Frankfurt School, UNEP pour le Climat et le Financement de l’Énergie Durable et Bloomberg New Energy Finance (BNEF).

L’ensemble des investissements dans les renouvelables (financement des capacités additionnelles, investissements dans les nouvelles technologies et recherche et développement) s’est élevé à 286 milliards de dollars dans le monde en 2015. Depuis 2004, plus de 2 300 milliards de dollars ont été investis dans les renouvelables. C’est plus du double des investissements réalisés dans les centrales à charbon et à gaz qui eux, sont estimés à 130 milliards de dollars.

Pour la première fois, les investissements dans les énergies renouvelables effectués dans les pays en développement et les économies émergentes (156 milliards $, soit +19% par rapport à 2014) – essentiellement en Chine - ont dépassé ceux des pays développés (130 milliards $, en baisse de 8%). Résultat : les énergies renouvelables ont représenté un peu plus de la moitié de la capacité en termes de gigawatts ajoutée l’année passée, toutes technologies confondues. C’est la première fois que la capacité représentée par les nouvelles énergies renouvelables installées a dépassé celle ajoutée par toutes les technologies conventionnelles.

"Un changement structurel est en cours", souligne ainsi le rapport mais il reste encore un "long chemin à parcourir". Les ENR (hors grandes centrales hydroélectriques) représentent seulement 1/6ème de la puissance totale installée dans le monde.

Sans les énergies renouvelables, les émissions annuelles mondiales de dioxyde de carbone auraient été plus élevées d’environ 1,5 gigatonne en 2015, note le rapport.  

 

(1) Tous les chiffres sur les renouvelables qui figurent dans ce communiqué incluent l’éolien, le solaire, la biomasse, la valorisation des déchets en énergie, la géothermie, l’énergie marine et les petites centrales hydroélectriques, mais excluent les projets hydro-électriques de plus de 50 mégawatts.  

Béatrice Héraud