Droits des travailleurs : des grandes marques du textile font pression sur le Bangladesh

Publié le vendredi 24 février 2017 à 17h23

H&M, C & A ou encore Zara boycotteront demain le Sommet de Dacca au Bangladesh.

En cause : les arrestations de plusieurs ouvriers du textiles ayant participé à des grèves en décembre. Ces derniers réclamaient une meilleure rémunération.

Selon le collectif international Clean Clothes Campaign, au moins 34 représentants syndicaux et travailleurs ont été arrêtés et détenus pendant plusieurs semaines pour avoir participé à ces grèves.

1600 travailleurs ont été licenciés et 1500 autres accusés de vols, d'incendie criminelle, de vandalisme et d'extorsions.

"Nous encourageons vivement le gouvernement du Bangladesh à prendre immédiatement des mesures pour assurer la protection des droits des travailleurs en apportant une attention particulière aux représentants légitimes des ouvriers qui ont été arrêtés", a indiqué à l'AFP Thorsten Rolfes, le porte-parole de C&A.

Pour H&M, la présence de la marque suédoise créerait "de la confusion et enverrait des signaux erronés concernant notre engagement au sujet de la liberté d'associations".

Tous demandent que la situation actuellement soit résolue "pacifiquement" via un "dialogue social".  

Marina Fabre