Dans le rouge en 2015, Engie accélère sa transition énergétique

Publié le jeudi 25 février 2016 à 12h42

L’énergéticien a publié ce jeudi 25 février ses résultats pour 2015. Une année marquée par la chute des prix du pétrole et du gaz qui fait retomber le groupe dans le rouge, comme en 2013, avec une perte nette de 4,6 milliards d’euros. Ces pertes de valeurs portant d’abord sur l’activité d’exploration-production. 

Dès lors, Engie annonce vouloir "accélérer son virage stratégique" afin de devenir "le leader mondial de la transition énergétique". Pour cela, le groupe lance un plan de transformation sur trois ans qui s’appuie sur les "énergies bas-carbone", dans lesquelles il inclut le gaz. 

"Face aux bouleversements sans précédent du monde énergétique, le groupe a décidé de lancer une transformation profonde qui doit lui permettre de s'adapter à l'essor des énergies renouvelables et de la numérisation, à l'origine d'une décentralisation accrue des moyens de production", a indiqué le PDG Gérard Mestrallet lors d’une conférence.

Jugeant ce mouvement "irréversible", Engie a déjà cédé 10 gigawatts (GW) de centrales à charbon, au gaz et hydroélectriques aux Etats-Unis et 3 GW de centrales à charbon en Inde et en Indonésie. Cela représente une réduction de la dette nette de 5,5 milliards d’euros, soit un tiers des cessions d'actifs prévus à l'horizon 2018. Quelques semaines avant la COP21, l’énergéticien avait également annoncé qu’il n’investirait pas dans de nouveaux projets de centrales à charbon et qu’il se retirait des projets dans lesquels il envisageait de s’engager.

Le groupe a prévenu ses actionnaires : la dividende, stable à 1 euro par action cette année, passera à 0,70 euros par action en 2017 et 2018.

Concepcion Alvarez

Suivez-nous