Changement climatique : ExxonMobil visée par 2 nouvelles enquêtes

Publié le jeudi 31 mars 2016 à 18h03

Les procureurs généraux des Iles Vierges et du Massachussetts ont annoncé qu’ils rejoignaient le procureur de l’État de New York, Eric T. Schneiderman, dans son enquête pour savoir si ExxonMobil a menti sur l’impact de ses activités sur le réchauffement climatique.

La Californie, elle aussi, a ouvert une information judiciaire. En juillet dernier, un rapport de l’UCS (Union of concerned scientists) affirmait que la compagnie pétrolière connaissait les liens néfastes entre combustion d’énergie fossile et réchauffement climatique depuis … 1981.  

Cette annonce est intervenue lors d’une conférence de presse organisée en début de semaine. Elle réunissait une coalition d’une vingtaine d’États (1) portée par celui de New York pour défendre le Clean Power Plan du président Obama. Leur objectif : envoyer un message clair aux compagnies fossiles qui chercheraient à masquer ou à atténuer les impacts du changement climatique.

L’ancien vice-président Al Gore était également présent. "Nous ne pouvons continuer à laisser l’industrie des énergies fossiles […] menacer notre atmosphère comme si elle n’était qu’un égout à ciel ouvert, ou induire en erreur le public sur l’impact réel qu’elles ont sur la santé des gens et de la planète", a-t-il martelé, en référence aux accusations contre ExxonMobil. Il n’a pas hésité à comparer ces pratiques à celle de l’industrie du tabac dans les années 90. 

Le pétrolier estime de son côté que ces accusations "sont politiquement motivées et fondées sur des rapports discrédités par des organisations militantes". Il ajoute que ces procédures risquent de porter un coup d’arrêt à la recherche privée.  

(1) États de Californie, Connecticut, Illinois, Iowa, Maine, Maryland, Massachusetts, Minnesota, Nouveau Mexique, Oregon, Rhode Island, Virginie, Vermont, Washington, les Îles vierges et le District de Columbia, menés par l’État de New York.

Concepcion Alvarez