CETA : la Belgique trouve un accord, le traité de nouveau d’actualité

Publié le jeudi 27 octobre 2016 à 14h10

Nouveau rebondissement autour du CETA, le traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. Ce matin, la défection du Premier ministre canadien avait conduit à annuler le sommet UE-Canada, reportant la signature du CETA à une date inconnue. Un accord trouvé dans la matinée avec la région francophone de la Wallonie, qui faisait jusque-là blocage, change cependant la donne. 

Paul Magnette, le ministre-président de la région wallonne, et chef de file des opposants au CETA, s’est réjoui d’avoir trouvé un accord avec les autres parties belges. "La Wallonie est extrêmement heureuse que nos demandes aient pu être entendues", a-t-il assuré. La Wallonie critiquait notamment le mécanisme d'arbitrage (ICS) destiné à intervenir en cas de conflit entre un investisseur et un Etat et craignait les conséquences du traité sur la filière agricole.

Cet accord, qui doit être envoyé à l'Union européenne, pourrait permettre la signature prochaine du traité. Mais il doit maintenant être approuvé par les différents Parlements de Belgique qui doivent se réunir avant vendredi minuit.

Le Canada et l’UE restent déterminés à trouver un accord sur le CETA. La ministre du Commerce international canadienne, Chrystia Freeland, a assuré mercredi soir que le Canada était disposé à "signer cet accord important lorsque l'Europe sera prête". L

e président du Conseil européen, Donald Tusk, a lui fait savoir qu’il "contactera" Trudeau "une fois les procédures finalisées" au sein de l'Union européenne.

Béatrice Héraud