Accord de Paris : réunion à l'ONU le 21 septembre pour accélérer la ratification

Publié le mercredi 20 juillet 2016 à 12h38

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon a invité les pays ayant conclu l'Accord de Paris sur le climat à une réunion à New York le 21 septembre pour signer le texte ou déposer les documents confirmant sa ratification. Cet événement, qui aura lieu en marge de l’Assemblée générale de l'ONU, vise à soutenir les efforts déployés pour obtenir une entrée en vigueur rapide de l'Accord.

Dans sa lettre d'invitation aux dirigeants mondiaux, Ban Ki-Moon leur demande instamment d'accélérer leur processus national de ratification afin qu'il puisse être bouclé en 2016. "La prochaine étape de notre voyage collectif vers un futur bas carbone et résilient au changement climatique est d’assurer la rapide entrée en vigueur de l’accord de Paris, écrit le secrétaire général. Agir ainsi permettra de créer des incitations à la mise en place anticipée des contributions déterminées nationalement (NDC) et de construire le partenariat entre les marchés et les sociétés pour accroître l’ambition pour le climat."

Sur les 195 pays ou organisations qui ont négocié l'accord en décembre 2015, 177 l'ont déjà signé, la plupart lors d'une cérémonie organisée par l'ONU le 22 avril à New York. Mais seuls 19 l'ont pour l'instant ratifié, pour la plupart des petits États insulaires (voir notre carte), le dernier en date étant l’archipel de Saint-Vincent-et-les-Grenadines. Au total, ils ne représentent que 0,18 % des émissions de gaz à effet de serre.

La France et la Hongrie ont également ratifié l'Accord, mais elles doivent attendre que chacun des 28 États membres de l’UE aient fait de même, ainsi que le Parlement européen et le Conseil de l'UE, pour déposer un instrument de ratification commun auprès des Nations unies.

Par ailleurs, les États-Unis et la Chine, deux des principaux pays pollueurs, ont annoncé leur intention de ratifier l’Accord d'ici la fin de l'année. D'après le site de l’ONG américaine NRDC (Natural resources defense council), le Brésil (2,48 % des émissions mondiales de GES) et l’Ukraine (1,04 %) viennent de lancer la procédure pour adopter l’Accord. Ces quatre pays font partie des 29 États qui ont publiquement annoncé qu’ils ratifieront l’Accord en 2016. Ensemble, ils représentent 54,08 % des émissions mondiales de GES.

Pour entrer en vigueur, il faut que 55 États représentant 55 % des émissions de GES aient ratifié le texte.  

Concepcion Alvarez