Publié le 08 janvier 2018

SOCIAL

Un grand patron américain gagne 265 fois plus que le salaire moyen... En France, c'est 70 fois plus

C’est le pays où les patrons gagnent le plus. Mais aussi où l’écart de revenus est le plus important avec les salariés de la classe moyenne. Aux États-Unis, le salaire annuel moyen d'un grand patron est de 14,2 millions de dollars, soit 265 fois plus qu’un Américain moyen. En France, le classement "Global CEO pay Index", édité par Bloomberg, calcule cet écart à 70.

Un patron du CAC40 gagne en moyenne 70 fois plus que le revenu moyen français
Pixabay

Les patrons américains restent les champions des écarts de revenus selon le classement "Global CEO pay Index" de Bloomberg (1). Avec une rémunération annuelle moyenne de 14,2 millions de dollars (11,9 millions d’euros), ils gagnent 265 fois plus qu’un Américain moyen.

L’Inde se place au deuxième rang, avec une rémunération annuelle des dirigeants 229 fois supérieure au revenu moyen dans le pays. Elle est suivie par le Royaume-Uni où un grand patron est payé 201 fois l’équivalent de ce que gagnent en moyenne les Britanniques.

70 fois plus pour un patron du CAC 40

Il faut attendre la quinzième place pour trouver la France. Avec des revenus de 2,75 millions de dollars (environ 2,3 millions d’euros) en moyenne, les grands patrons hexagonaux empochent 70 fois le revenu annuel moyen des Français (39 474 dollars, soit environ 33 000 euros).

C’est la Norvège qui ferme le classement avec des revenus du patronat "seulement" vingt fois supérieurs à ce que touchent les habitants en moyenne.

Des rémunérations de plus en plus contestées

Les rémunérations des grands patrons des pays du haut du classement sont toutefois de plus en plus contestées. En 2017 le patron de BP, Bob Dudley, a ainsi dû amputer sa rémunération de 40 % après une fronde des actionnaires, qui la jugeaient exorbitante face aux pertes affichées par le groupe.

La grogne est générale. Au Royaume-Uni par exemple, les salaires des grands patrons font de plus en plus débat dans l'opinion publique mais aussi dans les assemblées générales. La réforme du Code de la gouvernance des entreprises décidée en 2017 oblige désormais les grands groupes britanniques à rendre public l'écart de salaire entre le directeur général et le salaire moyen.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1) Pour réaliser son classement Bloomberg a évalué les revenus moyens (salaire fixe, variable, actions, retraites, etc.) des dirigeants d’entreprise cotées sur les principales places boursières de 22 pays (S&P 500 pour les Etats-Unis, FTSE 100 pour le Royaume-Uni, CAC 40 pour la France). Cette rémunération est ensuite comparée au revenu moyen dans chaque Etat, mesuré par le produit intérieur brut (PIB) par habitant, calculé en parité de pouvoir d’achat.


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres