Publié le 07 décembre 2017

ISR / RSE

Les banques françaises leaders sur la prise en compte du climat

À quelques jours du One Planet Summit, le sommet sur la finance climat organisé à Paris, l'ONG britannique ShareAction a passé au crible quinze grandes banques européennes pour voir comment elles intégraient la question du climat. Résultat : les trois banques françaises – BNP Paribas, Société générale et Crédit agricole – arrivent en tête du classement grâce notamment à la mise en place de l'article 173 sur le reporting climat.

BNP Paribas est la première banque au monde à avoir désinvesti les énergies non conventionnelles.

Deux ans après l’Accord de Paris, les grandes banques françaises prennent le leadership sur la question du climat. C’est ce que révèle un nouveau rapport (1) de l’ONG britannique ShareAction publié jeudi 7 décembre. Cela est largement dû à la mise en place d’une nouvelle législation qui est venue renforcer les obligations d'informations sur leur gestion des risques liés au climat. C’est le fameux article 173 de la loi de transition énergétique de 2015.

"Il est encourageant de voir que l'approche politique peut en effet contribué à pousser les institutions à l’action", a commenté Jean Boissinot, directeur de la Stabilité financière à la Direction Générale du Trésor. "D'autres juridictions devraient envisager de légiférer pour rester compétitives, notamment au Royaume-Uni qui compte trois banques cotées dans le bas du classement" complète Sonia Hierzig, auteure du rapport.

Drapeau rouge

Après avoir annoncé qu’elle désinvestissait du charbon mais aussi des énergies non conventionnelles (gaz de schiste, Arctique et sables bitumineux) - une première mondiale -, BNP Paribas se place sans surprise en tête de classement et fait figure de modèle à suivre. "En tant que banque internationale, notre rôle est d'aider à conduire la transition énergétique et contribuer à la décarbonation de l'économie. Nous espérons que notre expérience sera utile à nos pairs dans le développement de leur propre stratégies climat" réagit Laurence Pessez, déléguée à la Responsabilité Sociale et Environnementale au sein de BNP Paribas.

Classement des 15 banques européennes en fonction de leurs politiques climat. (ShareAction)

Globalement, les 15 banques analysées ont toutes conscience de l’enjeu climatique et de son urgence. 13 d’entre elles ont confirmé  leur intention de mettre en œuvre les recommandations de la TCFD, le groupe de travail du Fonds de stabilité financière. 14 ont adopté des politiques d’exclusion plus ou moins forte des activités les plus polluantes comme le charbon. Mais leurs réponses sur l'évaluation des risques et leur gestion sont faibles et devraient constituer un "drapeau rouge pour les investisseurs", indique ShareAction.

En septembre dernier, une coalition de 100 investisseurs institutionnels pesant près de 2 000 milliards de dollars, avait appelé 62 grandes banques internationales à s'engager plus fortement dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ils citaient une étude universitaire de 2015 dans laquelle le risque de perte était évalué entre 5 % et 20 % de la valeur de leur portefeuille si rien de plus n’était fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre...     

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir le rapport complet 


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres