Publié le 05 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

Pollution lumineuse : les villes abusent des LED et mettent notre santé en danger

Sur toute la planète, la pollution lumineuse a augmenté de 2 % par an entre 2012 et 2016, selon une étude de l'American Medical Association. Les pays se sont tournés massivement vers ces éclairages peu consommateurs d'énergie. Mais leur lumière bleue est nocive pour les êtres humains, les animaux et les plantes. 

La lumière bleue des LED est particulièrement nocive pour les humains car elle créé un éblouissement nocturne.

À cause de la pollution lumineuse, nous sommes de plus en plus privés de la beauté du ciel étoilé. Déjà un tiers de la population mondiale ne peut pas voir la Voie lactée. Or, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Science Advances, l’éclairage artificiel de la Terre a augmenté de 2 % par an entre 2012 et 2016. Depuis 1990, selon l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (ANPCEN), "la quantité de lumière émise a crû de 94 %". En France, cette lumière artificielle, émise par l'éclairage public, a même doublé en 25 ans.

Des économies mal utilisées 

Et les LED, lampes à diode électroluminescentes, sont largement en cause. Elles sont moins énergivores, ont une durée de vie plus longue et sont recyclables. Il n'en fallait pas plus pour convaincre les villes de se tourner vers ces technologies et les économies budgétaires induites sur l'éclairage public. Mais les chercheurs constatent que les villes ont utilisé ces économies pour… augmenter le nombre d’éclairages extérieurs.

"Il y a un bon potentiel pour une véritable révolution de l’éclairage permettant à la fois d’économiser de l’énergie et de réduire la pollution lumineuse, mais seulement si on ne consacre pas les économies réalisées à créer encore plus de lumières", déplore un des chercheurs, Christopher Kyba.

Des conséquences néfastes sur les animaux et plantes 

Car la pollution lumineuse a "des conséquences négatives pour la flore, la faune, et le bien-être humain", précisent les chercheurs. Une récente étude publiée en août dans la revue Nature, avait ainsi estimé que les visites des pollinisateurs nocturnes baissaient de 63 % sur les sites éclairés artificiellement en comparaison de sites non illuminés. Et les plantes y sont également sensibles. Les chercheurs ont ainsi démontré que la production de fruits diminuait de 13 % sur une espèce végétale lorsqu'elle était exposée à trop de lumière.

Trouble du sommeil

De même, la lumière des LED est nocive sur la santé des êtres humains. "Les LED émettent une grande quantité de lumière bleue qui crée un éblouissement nocturne pire que l'éclairage conventionnel", écrivait en 2016, l'AMA, American Medical Association. "De plus, les réverbères LED nuisent à la production de mélatonine (hormone du sommeil, NDRL) durant la nuit. On estime que les lampes à LED ont un impact cinq fois plus important sur les rythmes du sommeil que les lampes conventionnelles", alertait-elle. Or, les troubles du sommeil accroissent les problèmes de santé.

L'ANPCEN lance une "alerte à la prudence pour tous les décideurs publics, État, collectivité, Parlement, quant au développement de l'usage des LED pour l'éclairage extérieur, sans régulation adaptée". Elle demande surtout une "expertise totalement indépendante". 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres