Publié le 17 mai 2017

ENVIRONNEMENT

[VIDEO] Al Gore présent au Festival de Cannes pour un nouveau cri d’alerte sur le réchauffement climatique

Onze ans après "Une vérité qui dérange", un documentaire qui a participé à la prise de conscience mondiale de l’urgence du changement climatique, Al Gore promeut la sortie de "Une suite qui dérange : le temps de l’action", un nouveau film projeté au Festival de Cannes qui s'ouvre ce mercredi 17 mai. Cette fois-ci, il ne s’agit pas seulement de mettre en garde le monde mais aussi de souligner la transition énergétique en cours sur toute la planète.

Al Gore, lors de la COP21 à Paris en 2015.
DR

Al Gore se met "En Marche"… Mais lui, c’est sur l’escalier du palais du festival de Cannes. L’ex vice-président américain de Bill Clinton vient présenter le nouveau documentaire "Une suite qui dérange : le temps de l’action", réalisé par Bonni Cohen et Jon Shenk. Projeté en avant-première sur la Croisette, il sera disponible pour le grand public le 1er novembre prochain. C’est une nouvelle opportunité de rappeler l’urgence climatique, sur un fond de musique angoissante et d’images de destructions effrayantes.

Dès son introduction, la bande-annonce (ci-dessus) ouvre sur un discours de Donald Trump pendant sa campagne à l’élection présidentielle qui s’interroge sur l’existence du réchauffement climatique. Puis la vidéo enchaîne sur Al Gore lui-même qui rappelle qu’il avait été moqué lorsqu’il alertait en 2006 sur les risques d’inondations de New-York en raison du changement climatique. C’est alors que défilent les images cataclysmiques de l’ouragan Sandy qui a balayé la ville qui ne dort jamais en octobre 2012.

 

L’ombre de Donald Trump

 

Mais il y aussi de l’espoir. "Il se produit énormément de changements positifs. Les bases sont posées", lance Al Gore avant de voir des images de la COP21 en 2015 marquées par les rires et les pleurs des participants lorsque l’Accord de Paris est adopté par la communauté internationale. Puis brutale coupure pour revenir à Donald Trump qui considère qu’il est temps de "faire passer l’Amérique d’abord" et qui pour cela "promet de supprimer les milliards versés pour le climat". Tel est le message d’Al Gore : le monde bouge, mais rien n’est gagné.

Il y a onze ans, l’ex vice-président américain Al Gore avait participé à la prise de conscience mondiale de l’urgence du changement climatique avec son documentaire "Une Vérité qui dérange". Une initiative qui avait participé à son obtention du Prix Nobel de la Paix en 2007, en même temps que le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat).

Ludovic Dupin @ludovicdupin 


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres