Publié le 07 janvier 2018

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] 300 milliards de dollars de pertes et 11 000 morts : le bilan des catastrophes naturelles de 2017

C’est une année qui marque un triste record. Selon les estimations du réassureur helvétique Swiss Re, les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles dépasseront les 300 milliards de dollars en 2017 et les pertes assurées seront multipliées par deux. En cause notamment, la série d’ouragans qui ont frappé les côtes atlantiques et les Antilles à l’automne.

Les pertes assurées s'élèvent à 136 milliards de dollars en 2017.

La facture est salée, très salée. En 2017, les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles et aux désastres causés par l’homme devraient atteindre 306 milliards de dollars (258 milliards d’euros) selon le réassureur Swiss Re. C’est deux fois plus qu’en 2016 mais surtout, l’année 2017 se place parmi les records mondiaux depuis 1970. C’est la troisième année la plus coûteuse pour les assureurs.

En cause évidemment les ouragans Harvey, Irma et Maria qui se sont abattus sur les Caraïbes et le sud-est des États-Unis — pays le plus touché par les catastrophes naturelles — à l’automne dernier. À eux seuls, ces deux tempêtes ont occasionné 93 milliards de dollars de pertes.

Des pertes assurées multipliées par deux

L’année a également été marquée par les incendies en Californie avec des dommages immobiliers évalués à 7,3 milliards de dollars, pris en charge par les assureurs. Les tremblements de terre au Mexique et le cyclone Debbie, qui a touché l’Australie en mars, sont venus alourdir la note avec des coûts estimés à plus de 3 milliards de dollars de pertes assurées.

Le réassureur helvétique estime ainsi que 136 milliards de pertes seront pris en charge par les assureurs, contre 65 milliards en 2016. Du côté du bilan humain, plus de 11 000 personnes sont mortes ou portées disparues en raison de catastrophes naturelles, a également précisé le groupe zurichois.

Selon les données présentées fin décembre par l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’année 2017 comptera parmi les trois plus chaudes jamais enregistrées depuis le début des relevés à la fin du XIXe siècle. Elle sera quoi qu’il arrive la plus chaude jamais enregistrée en l’absence du phénomène El Niño. Et la tendance n’est pas près de s’inverser ! 

Concepcion Alvarez @conce1


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres