Publié le 07 décembre 2017

ÉNERGIE

Les taxis londoniens se mettent au tout électrique

Leur allure noire et massive restera inchangée mais sous le capot, le moteur Diesel laissera place à un moteur électrique. Telle est la conversion s’engage les 9 000 taxis de la capitale britannique. Ces nouveaux modèles émettront dix mois de CO2 que les anciens véhicules. 

Les 9 000 taxis londoniens passent à l'électrique.
LEVC

Les premiers taxis noirs roulant à l'électricité ont commencé mardi 8 décembre à arpenter les rues de Londres, avec un nouveau look plus massif, dans le cadre d'une nouvelle réglementation visant à réduire la pollution dans la capitale britannique. Ces "black cabs" électriques remplacent des véhicules diesel au terme de la réglementation voulant que tout nouveau taxi roulant à Londres à partir de 2018 émette de très faibles quantités de gaz polluants.

Quelque 9 000 d'entre eux doivent être déployés d'ici 2021, soit environ la moitié de la flotte actuelle. Baptisé TX eCity, "ce véhicule est totalement nouveau et offre une bien meilleure expérience au conducteur comme aux passagers", a assuré à l'AFP Chris Gubbey, directeur du London Electric Vehicle Company (ex-London Taxi Company), son fabricant. "Il est très silencieux et la conduite est bien meilleure", a-t-il ajouté. 

Placé en 2013 sous administration judiciaire, le fabricant du seul véhicule au monde construit pour servir de taxi avait été racheté par le constructeur automobile chinois Geely, propriétaire de Volvo. Les taxis sont construits depuis près de 70 ans à Coventry, dans le centre de l'Angleterre.

Dix fois moins de CO2

Les nouveaux exemplaires sont plus grands et peuvent transporter jusqu'à six passagers, sous un toit transparent. Ils sont équipés de l'internet sans fil (wi-fi), de chargeurs USB, d'une prise de courant et d'un lecteur de carte bancaire sans contact à l'arrière.

"La qualité de conduite est incroyable. Les clients vont adorer", a commenté Peter Powell, 61 ans, un chauffeur de taxi qui teste les nouveaux véhicules depuis deux mois. Il reconnaît toutefois que "de nombreux anciens n'aiment pas le changement", préoccupés notamment par des bornes de recharge en nombre insuffisant.

Le TX eCity coûte 55 000 livres (environ 62 000 euros), soit 10 .000 livres de plus que la dernière version diesel (TX4). Mais son fabricant estime que les chauffeurs peuvent économiser 100 livres (114 euros) par semaine en carburant. Il émet aussi dix fois moins de CO2 que les TX4 et leurs émissions d'oxyde d'azote sont proches de zéro.

Les chauffeurs de taxi londoniens parcourent en moyenne 120 miles (193 kilomètres) par jour, en incluant les trajets de et vers leur domicile. Les nouveaux taxis électriques peuvent rouler 80 miles (129 kilomètres) grâce à leur moteur électrique, mais disposent également d'un générateur électrique de réserve (alimenté par un moteur essence) leur permettant de parcourir jusqu'à 377 miles (607 kilomètres).

La Rédaction avec AFP


© 2017 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres